Cavale Russe

Auteur : Célestin de Meeûs

et dans mes yeux ces mois défilent comme si
 
j’avais sauté d’une traite les neuf mille bornes
 
et sept fuseaux horaires en un claque-
 
ment de doigts et pendant tout ce temps
 
j’ai seulement vu tout ce qu’il reste à voir
 
je ne suis pas plus grand mais j’ai plus soif
 
et dans ce bar de banlieue Ouest au bord
 
de la Baltique avec les grues tournées
 
vers l’intérieur des terres et le silence factice
 
des vagues derrière la vitre j’observe
 
les chalutiers et les marins rentrer
 
en souriant au pied-de-nez encore une fois
 
fait à la mort et si j’écris et qu’eux empruntent
 
chaque jour la mer n’avons-nous pas
 
les mêmes raisons — puisque j’écris
 
pour remonter vers la première image
 
que la mémoire enfin
 
ne reconnaîtrait pas

Paru le 18 décembre 2021

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Sed satis est jam posse mori. Lucain

Naître, et ne pas savoir que l’enfance éphémère,
Ruisseau de lait qui fuit sans une goutte amère,
Est l’âge du bonheur, et le plus beau moment
Que l’homme, ombre qui passe, ait sous le firmament !

Victor Hugo, 1802-1885, « Sed satis est jam posse mori. Lucain », Les feuilles d’automne, 1831.