Célébration de la lecture

Auteur : Colette Nys-Mazure

« Peindre, lire, écrire : des actes intimes, volontiers à l’abri des regards curieux. Peindre dans l’atelier, sous les toits, la verrière. Lire solitaire au milieu de la foule d’une gare, d’un café. Ecrire sur un bout de table.

Comment un poète peut-il s’inspirer d’une lectrice ou d’un lecteur mis en scène, en forme et en couleurs par un peintre ?
Entre le tableau et le livre, le lien est étroit. Non seulement la page, la toile, déploient leur étendue à peupler, mais l’une et l’autre s’ouvrent telles des fenêtres sur le monde.
Jeu de balance entre le dedans et le dehors. La vision est à la fois centrale et périphérique, allant de l’anecdote, du motif révélateur, au déchiffrement minutieux, à la question sans réponse.

Je peux recevoir les tableaux avec ma propre sensibilité, les laisser résonner, les relier arbitrairement. Je leur prête mes mots pour qu’ils vivent différemment avant de rejoindre les émotions des lecteurs qui, à leur tour, entreront en résonance et redécouvriront peut-être le tableau. »

Paru le 1er septembre 2005

Éditeur : Labor

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Michel Camus

Proverbes du silence et de l’émerveillement

La poésie n’est-elle pas toujours dans
l’éternelle attente de la résurrection
des morts ou des mots (lettre morte)
ou des yeux morts des mots

N’attends pas la mort pour t’ouvrir au
silence

Abrupt éclair de silence d’où jaillit
le poème ou la parole d’abîme
L’univers aussi est un poème inachevé

Michel Camus, 1929-2003, Proverbes du silence et de l’émerveillement, Éditions Lettres Vives, 1989.