Cent ballades d’amant et de dame

Christine de Pizan

Cent ballades d'amant et de dame

Édition et trad. par Jacqueline Cerquiglini-Toulet
Édition bilingue

Christine de Pizan, née en 1364 à Venise et morte en 1430 à Poissy, a connu de son vivant une très grande renommée et a occupé une place majeure dans la vie intellectuelle et les débats d’idées de son temps. Poète certes, elle écrit aussi avec une autorité reconnue dans les domaines politiques, historiques, philosophiques et est généralement considérée comme la première femme ayant vécu de sa plume. Cependant son œuvre tombe dans l’oubli après la Renaissance et il faut attendre le XXe siècle pour qu’on la relise, regain d’intérêt qui est l’œuvre de féministes qui voient en elle, souvent à juste titre, une pionnière de leur cause. Elle s’est par exemple opposée vivement à Jean de Meung et à la misogynie du Roman de la rose. Il est temps de relire et redécouvrir une œuvre dont Jacques Roubaud considère qu’elle atteint un sommet dans l’art de la ballade. Cette parution est autant un événement littéraire qu’une justice rendue.

Texte de l’éditeur.

Paru le 31 janvier 2019

Éditeur : Gallimard

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.