Césarine de nuit

Auteur : Antoine Wauters

Césarine de nuit

La nuit point. Césarine ouvre l’oeil. Où elle dort à demi et touche quelque objets : chaque pierre petite, piétinée par oubli, un peu de sève, un minuscule chardon. Dans le cru, la crudité de l’aube, la lumière blanche qui la blesse au plus près, sa voix lève laines, lins rêveurs, souvenirs muets. Césarine de nuit, soeur coeur du tendrement laissé, de l’assis rendant l’âme, de Fabien l’aigrelet.

Paru le 1er mars 2012

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.