Chair de l’effacement

Auteur : Carole Darricarrère

<i>Chair de l'effacement</i>

La chair, dès le titre, des mains ou « l’événement d’un visage », dès les premiers vers, nous sont donnés… Or, dans ces photographies, pas une image de corps, pas un visage.
Un bouton de porte, des rectangles ou diagonales de lumière, des reflets de voilages (l’ombre d’un déshabillé), le rebord d’une baignoire, un rideau de douche, une serviette de toilette. Des éclats lumineux éparpillés, scintillants – diffractés. Mais partout des tons de chair, une surface comme épidermique : tout est chair quand il n’y a pas un bout de peau dans l’image ; tout est dans l’œil qui saisit l’image quand le visage est absent. Et le poème de résonner : « lés de chair », « temps frémissant », « empreinte / de la disparition / motilité du vide ». Il y a une présence intense dans ces photographies alors qu’elles ne sont qu’ombres et reflets. Il y a « l’ombre portée / d’un vis-à-vis », parce qu’ici s’ensable / un arrière / pays », « ici le soi de soi ».
À aucun moment dans Chair de l’effacement le poème ou l’image ne s’écartent l’un de l’autre, ils se renforcent, se tissent l’un l’autre. Le poème serait la colonne (dans la mise en page, déjà, à la verticalité prononcée), les photos la chair, de ce que l’on pourrait appeler un livre-empreinte, un livre-en-négatif, en un beau retournement : d’un effacement tout proclame la présence, la chair donc… « Aussi le chemin le plus court / vers le Poème / n’est-il pas la phrase / mais son effacement ». Le Poème en tant que champ (chant) d’une apparition – quelque chose, quelqu’un, là.

Paru le 1er novembre 2014

Éditeur : Editions isabelle sauvage

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage