Champ Vallon

Les Editions Champ Vallon, créées en 1980, s’ouvrent d’abord à la littérature et à la poésie avec la revue Recueil dirigée alors par Richard Millet et Jean-Michel Maulpoix, qui deviendra Le Nouveau Recueil en 1995. Ouverte à des écritures plurielles, celle-ci se veut le laboratoire dans lequel puisera à ses débuts la collection Recueil. La poésie y a la part belle dès l’origine. Elle accueille le journal poétique en sonnets de Robert Marteau, les essais sur la poésie contemporaine de Jean-Claude Pinson ou Christian Doumet, le premier recueil de Guy Goffette, les poèmes de la romancière Régine Detambel, les premiers livres de jeunes voix contemporaines comme celles d’Olivier Barbarant, de Stéphane Bouquet. .. Elle confirme le talent de Benoît Conort, Henri Droguet, Gérard Titus-Carmel. .. Les essais de la collection Champ poétique notamment explorent l’univers des grands poètes de notre temps et de leurs précurseurs en une démarche critique généreuse.

Editions de poésie

Poésie contemporaine
Revue de poésie "Le Nouveau recueil"

Type de livres
Broché

Mode de diffusion - distribution
Puf (librairies)
UD (union distribution)

Année de création : 1980

Auteurs phares : Jean-Claude Pinson, Olivier Barbarant, Robert Marteau, Stéphane Bouquet, Régine Detambel, Christian Doumet

Ne souhaite pas recevoir de manuscrits

Editeur : Patrick Beaune
Tél : 04 50 56 15 51
info@champ-vallon.com

Contact

rue Guérin

01420

Seyssel

Un grand instant

1er février 2019

Un grand instant

« Il arrive qu’un instant sans durée concentre en lui-même la valeur d’un long intervalle et fasse tenir le maximum de ferveur dans le minimum de temps. Il arrive qu’une jouissance continuée et plus ou moins diluée se ramasse au foyer d’une joie-éclair. […] Or qu’est-ce que la vie entière perdue dans l’océan de l’éternité, sinon « un grand instant » ? . Cet extrait de La Mort de Jankelevitch, dans un chapitre intitulé « La vie brève », circonscrit le point d’attention réunissant des poèmes remontant à des (…)

& Lointains

2 juin 2016

& Lointains

Un lointain sans âge heurtant de plein fouet l’insaisissable rivage, en face, avant de se perdre derrière la ligne d’un horizon sans distance ; un corps tendu à se rompre, planté au seuil de l’infini et qui s’abîme en sa fuite ; un personnage gris de perle, aussi, qui se confond en lui-même, noyant les mots venus de pleine solitude pour dire la soudaine immobilité d’un monde qui défait la mémoire, s’il ne la submerge. Et, brochant sur le tout, un silence sans défaut que parachève ce carré de pur abandon (…)

Eloge pour une cuisine de province

1er janvier 2016

Eloge pour une cuisine de province

Postface de Jacques Borel
Je me disais aussi : vivre est autre chose
que cet oubli du temps qui passe et des ravages
de l’amour et de l’usure - ce que nousfaisons
du matin à la nuit : fendre la mer,
fendre le ciel, la terre, tour à tour oiseau,
poisson, taupe, enfin : jouant à brasser l’air,
l’eau, les fruits, la poussière ; agissant comme,
brûlant pour, allant vers, récoltant
quoi ? le ver dans la pomme, le vent dans les blés
puisque tout retombe toujours, puisque tout
recommence et rien (…)

Salve

1er janvier 2016

Salve

Comme les précédents, ce recueil est constitué de « faux sonnets », comme le poète aimait à les appeler lui-même, poèmes suivis de la date à laquelle ils furent écrits dans de petits carnets, ce qui leur donne une allure de journal.
Ce journal commencé en 1987 ne s’est arrêté qu’à la mort de Robert Marteau en 2011 ; il lui avait donné le titre général de Liturgie qui est en même temps celui du premier des recueils. Avec Salve, nous en sommes au septième recueil ; Liturgie devrait en compter dix et atteindre (…)

L'Amérique n'existe pas

1er juin 2014

L’Amérique n’existe pas

Le Nouveau recueil, éditions numériques, 2014.
Ce livre n’est disponible qu’en édition numérique, lisible indifféremment sur ordinateurs, tablettes et smartphones.Téléchargeable dès à présent sur Amazon (Kindle), Kobo (Fnac, tous formats) et sur l’E.book store d’Apple. Prix moyen : 5 euros.
Le livre
L’Amérique n’existe pas. Pourquoi ce titre que certains ne manqueront pas de juger péremptoire et schématique ? Il ne vient pas dénoncer, pour la énième fois, la vacuité du « rêve américain », puisque ces (…)

Voyages à Saint-Maur de Jean-Louis Giovannoni

1er février 2014

Voyages à Saint-Maur de Jean-Louis Giovannoni

"Je me suis souvent promené sur cette berge à la recherche d’un coin de pêche.
Je rêvais de goujons.
Un brochet qui croisait dans ce coin, les pêcheurs le surnommaient le Couturé ou Jojo l’esquive…"

Les amours suivants

1er septembre 2013

Les amours suivants

Référence explicite au fameux recueil de Ronsard, Les Amours, ce livre revisite la tradition de la poésie amoureuse et en propose une suite avec des outils contemporains, pour l’amour des vivants d’aujourd’hui.
Dans Les Amours suivants, opportunément pluriels, le poète propose de multiplier les muses, de penser l’amour comme une figure d’engagement dans la vie multiple, faire du monde mondialisé une surface de surf sur corps et visages où les affects obéissent à la même logique que celle de chacun de (…)

Monologue

1er novembre 2012

Monologue

je m’appelle godeleine degroote, je suis morte dans un accident d’auto non loin de folkestone en angleterre le huit août mille neuf cent soixante-six
aussitôt j’ai su que je ne serais pas seule à mourir, que je ne pouvais me détruire sans les autres, non par choix mais par amour
si on meurt à dix-huit ans on commence par la famille
alors j’ai commencé par ma famille

Ecritures

1er mai 2012

Ecritures

Dans Ecritures (sonnets 2001-2002), première publication posthume de l’œuvre du poète, Robert Marteau poursuit l’écriture de son journal poétique en sonnets inauguré en 1987, aventure poétique sans équivalent ni dans la langue française ni dans aucune autre. De répétition il n’est point question : le poète y règle ses pas sur ceux de la Création qui sans jamais connaître de progrès ne se répète ni ne date. Contemplée attentivement, la Création y est chantée à profusion, présente comme dans une tapisserie de la (…)

Horizon du sol d'Etienne Faure

1er juin 2011

Horizon du sol d’Etienne Faure

« Offrant les strates de vies passées là, successives, des textes où se profilent en un même horizon avenir et passé, mœurs et lois, le corps dans ses composantes – des pieds, des mains, un nez, des yeux… – à scruter les perspectives à hauteur de motif, debout ou à l’horizontale pour lire dans l’herbe, se souvenir, rêver ou se rêver mort déjà, énième fragment. »

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.