Chant d’herbe vive

Auteur : Cécile Oumhani

Illustrations de Liliane-Eve Brendel.

Sous le vertige de la ramure, céder à l’invite des arbres que dépouille l’hiver. En ce temps d’absence, l’être se replie vers l’infime. Étouffer l’écho d’époques érigées au mépris de la lumière qui nous porta. Chercher la clarté du reflet et le levain d’une renaissance. Déchiffrer les sédiments qui firent notre route…
Vestiges de destins presque éteints, dont le souffle continue de mener notre marche d’aveugles. Qui entend le murmure des strates semées d’espoirs anciens, ferments de lendemains que nous laissons passer dans l’ignorance ?

Paru le 1er juin 2003

Éditeur : Voix d’encre

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

La colline que nous gravissons

Mais soudain, l’aube nous appartient.
Sans savoir à quoi cela tient, nous agissons.
Sans savoir à quoi cela tient, nous avons
tenu bon,
Témoins d’une nation non pas brisée,
mais simplement inachevée.

Amanda Gorman, La colline que nous gravissons , Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lous and the Yakuza, Éditions Fayard, 2021.