Chant des villes

Colette Nys-Mazure

Chant des villes

Tournai, toi,
tu vis au fort de moi, tu flues entre mes berges, tu fomentes tes itinéraires – bastions et venelles, passages voûtés, foison d’églises creuses -. Toi, tu me hâles au long de tes chemins bordés de peupliers pour me rameuter vers tes places, me river à tes pierres, tes façades classées. Toi, tu te noues pour secrètement t’offrir en jardins d’eaux lentes, ferrés de statues vert-de-grisées. Tu recèles châsses et joyaux d’art très ancien. Tu te cathédrales et t’enfleuves.
Toi, tu me tournes les sangs.
( L’amour fou)

Colette Nys-Mazure 22 janvier 2006

Poème
de l’instant

Ted Hughes

The guide

When everything that can fall has fallen
Something rises.
And leaving here, and evading there
And that, and this, is my headway.

Ted Hughes, Cave Birds, Traduit de l’anglais par Janine Mitaud
Orphée, Éditions de la Différence, 1991.