Chants et complaintes du Polygone. Poésie algérienne

Anthologie thématique
de la poésie algérienne d’expression française(à travers les fractures politiques et sociales de 1980 à nos jours)
réalisée et présentée par Mohamed YOUNSI

« Lui restera-t-il un jour, au poète, le loisir de méditer devant la beauté sauvage et brute d’une chute d’eau ou ne fera-t-il seulement que dénoncer, aux yeux d’un monde médusé, les mains levées au ciel, en guise de prière, le haro lancé contre la beauté et l’intelligence, la fuite éperdue des hommes de culture, des intellectuels pourchassés à travers la terre entière par des hordes barbares pour lesquelles l’idée même d’art et de beauté est une apostasie passible de la peine de mort ? (…)

Voué aux feux de l’intolérance et de la bêtise assassine, les poètes algériens se sont de tout temps et sous tous les régimes politiques astreints au devoir de résistance et ont pris le droit de survivre à travers le maquis des mots, dans cette ville celle des levures (Areski Metref) où sévit de manière sanglante le yatagan barbare (id).
Mais, quel pouvoir ou influence peut avoir la poésie dans une société confrontée à des remises en question fondamentales ? Une société exsangue après trois fractures essentielles : 1980 pour le Printemps berbère, 1988 pour la révolte d’Octobre, et 1991 pour l’insurrection génocidaire islamiste qui resteront inédélébiles dans les mémoires et l’histoire de l’Algérie. Sans conférer aux poètes un pouvoir qu’ils n’ont pas, ils participent certainement de la conscience aiguë du monde. (…)

(extrait de la préface)
Cette Anthologie s’ouvre sur deux poèmes cités en exergue de Kateb YACINE et Jean SÉNAC et donne à lire des poèmes de :
Ismaïl ABDOUN, Mohand ABOUDA, Samy ABTROUN, El-Mahdi ACERCHOUR, Farida AÏT FERROUKH, Djamal AMRANI, Mohamed ATTAF, Assia ATTOUCHI, Farès BABOURI, Rabah BELAMRI, Jamel Eddine BENCHEIKH, Khaled BENNECEUR, Louisette CHERIFI, Aziz CHOUAKI, Mohamed DIB, Hawa DJABALI, Hakima DJAHNINE, Tahar DJAOUT, Mustapha DJEMAI, Ali EL HADJ TAHAR, Hafid GAFAITI, Yamilé GHEBALOU-HARAOUI, Émile HADDAB, Mohamed HADDADI, Bachir HADJ ALI, Nacerdine-Ahmed HARAFA, Mohamed IZEM, Abdelmadjid KAOUAH, Améziane KEZZAR, Abdelhamid LAGHOUATI, Mohamed LARABI, Farid MAMMERI, Ana MELOUAH, Youcef MERAHI, Arezki METREF, Mohand dit Mwané OUANECHE, Méziane OURAD, Belkacem ROUACHE, Hamid SKIF, Saliha SOUALAH, Hamid TIBOUCHI, Abdelaziz YESSAD, Mohamed YOUNSI.

L’auteur : Mohamed YOUNSI, poète et journaliste né le 17 décembre 1962 à Tadmaït, en Kabylie. A vécu à Tizi-Ouzou jusqu’à son départ, en 2001, pour Montréal (Québec) où il réside actuellement. Auteur de trois livres de poésie (Échos d’outre-vie, Feu de chair et Outrance), ses poèmes figurent dans des anthologies telles Écriture française dans le monde (Éditions Naaman, Québec) et Effraction, la poésie du tiroir (Éditions Le Dé Bleu, France).

1 volume de 256 pages, format 14 x 22 cm, couverture en quadrichromie (de Ali SILEM)
publié avec le concours du Centre National du Livre dans le cadre de l’Année de l’Algérie

Paru le 1er octobre 2003

Éditeur : L’idée bleue

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Ted Hughes

Le guide

Quand tout ce qui peut tomber est tombé
Quelque chose s’élève.
Et s’en allant ici, et s’évadant là
Et cela, et ceci, telle est mon errance.

Ted Hughes, Cave Birds, Traduit de l’anglais par Janine Mitaud
Orphée, Éditions de la Différence, 1991.