Cheyne

En toute indépendance

Depuis 1980, Cheyne éditeur publie de la littérature contemporaine avec le double souci de faire connaître de nouveaux écrivains et poètes, et d’accompagner l’oeuvre de ceux qu’il a découverts. Vitalité et fidélité qu’a révélées, au fil ans, la création de six collections, toutes témoins de l’exigence de la maison et de son ouverture aux préoccupations de notre temps.
Dans le panorama de l’édition française, Cheyne fait entendre, à travers des oeuvres maintenant reconnues, une tonalité poétique singulière, où l’expression d’une expérience intérieure rejoint volontiers le questionnement.
Une diffusion indépendante auprès de libraires fidèles, un partenariat régulier avec les bibliothèques et de nombreuses lectures publiques, montrent la volonté de Cheyne d’aller sans cesse, et librement, à la rencontre des lecteurs.

Edition de poésie

Poésie contemporaine

Collection de poésie étrangère

Editions sonores

Collection de poésie pour la jeunesse

Livres d’artistes

Revue de poésie

Type de livres :
broché, illustré avec gravures

Mode de diffusion, de distribution
Nous-mêmes, livres vendus en librairies

Année de création : 1980

Nombre de parutions par an : 12

Tirage moyen : 1000

Auteurs phares  : Jean-Pierre Siméon, Jean-Marie Barnaud, Pascal Riou

Accepte de recevoir des manuscrits : que les bons !!

Editeur  : Jean-François Manier
Tél : 04 71 59 76 46
email : cheyne-editeur@wanadoo.fr

Contact

Au bois de Chaumette

07320

Devesset

La Leçon de sourire - 'Ûdissa

15 juillet 2020

La Leçon de sourire - ’Ûdissa

Sourire, ce n’est pas rire. Les hyènes et les êtres cruels rient mais sont incapables de sourire. Le sourire, lui, n’exhale aucun son, il est une expression discrète, feutrée, une émotion qui n’est pas destinée aux foules ni aux menaces. Il naît du ventre, traverse et se nourrit du cœur, il se comprime à l’intérieur des poumons, remonte le buste puis relâche la mâchoire en irriguant de douceurs les lèvres, les joues, et de lueurs l’iris. Le rire retentit quand le sourire s’écoule, se répand, il s’anime au (…)

Allant pour aller

15 juillet 2020

Allant pour aller

Et pourtant se dit-il
Comme la beauté résiste
et parle fort !
Aucune douleur aucune plainte
ne déchirent
le bleu du ciel
Suffit d’une inflexion de voix
de l’abandon d’un regard
d’une caresse
pour ensauvager une âme
et la hausser
à sa vraie hauteur
Pour cette collection, Cheyne a commandé un texte inédit autour du thème « grandir » à six auteurs : Jean-Marie Barnaud, Loïc Demey, Albane Gellé, Clara Molloy, Ito Naga et Tania Tchénio, ainsi que six images à l’artiste Anne-Laure H-Blanc. Six (…)

Dans notre libre imagination

15 juillet 2020

Dans notre libre imagination

Les boulangers savent-ils qu’en fabriquant des croissants, ils réalisent une opération mathématique d’une étonnante originalité ? Dans cette opération, on cherche à mélanger deux choses le plus profondément possible. On étale d’abord une chose sur l’autre, puis on replie, puis on étale à nouveau, on replie et ainsi de suite. Peu à peu les deux choses se mélangent, comme dans la pâte feuilletée. Au fur et à mesure que cette opération avance et que le mélange grandit, les couches se multiplient et l’on passe par (…)

L'Au-delà de nos âges

15 juillet 2020

L’Au-delà de nos âges

Les poèmes qui composent L’Au-delà de nos âges déploient en un seul souffle tout ce qui fait une vie. Voyage poétique de la naissance à la mort, le nouveau livre d’Albane Gellé raconte l’existence de tous et de chacun dans une langue imagée, une poésie vive comme ces jeux d’enfant que nous ne parvenons jamais à oublier tout à fait : voilà la neige et nous glissons / sur de petites luges rouges.
Nous parcourons les âges l’amour est du voyage nous revêtons ses mues pour le meilleur et pour le pire serments (…)

Eau

10 mars 2020

Eau

Illustrations de Marion Le Pennec
Dans ce nouveau livre, la poète Albane Gellé explore les innombrables visages et paysages de l’eau. Par brefs poèmes, Eau nous rappelle ce qui lie les êtres vivants avec l’élément liquide. La langue inventive d’Albane Gellé sait se faire fluide et ainsi épouser au mieux les multiples formes de l’eau. Cette poésie invite le lecteur à une réflexion à la fois profonde et étonnante de simplicité sur la vie. Les encres de Marion Le Pennec accompagnent magnifiquement les poèmes (…)

Une rhétorique des nuages

12 février 2020

Une rhétorique des nuages

On s’en remet à la fréquentation salubre des nuages, au commerce de ces splendeurs ineffables planant dans l’atmosphère, nonchalantes, immédiates, indubitables, bien que passagères ; on se raccroche à cette occupation, ce passe-temps favori, comme à la seule et unique planche de salut qui reste dans la déroute – un ultime recours ou secours venu du ciel ! – et l’on s’efforce d’écrire encore pour tenter d’arracher quelques lambeaux d’écume à la fuite éperdue des nuages au loin, ou même redonner forme à ce (…)

Cinq lèvres couchées noires

12 février 2020

Cinq lèvres couchées noires

Avec cette lèvre abandonnée dans mes souvenirs nous ferons des denrées rares des métaux précieux
où vécurent nos mains me disais-je n’avait plus la moindre importance, qui cerclait les ombres la nuit ? qui d’un torse net dans le noir, d’une langue rêche dit « sortez de là maintenant, et dépliez vos jambes enfin ! » ?
et les genoux cassaient comme l’herbe sous le gel, et chantait un désordre des articulations, et dans la berline nos regards dansaient comme des (…)

États provisoires du poème - Revue annuelle Numéro 19

10 décembre 2019

États provisoires du poème - Revue annuelle Numéro 19

Auteurs :
Caroline Bérenger, Jean-Philippe Jaccard, Vénus Khoury-Ghata, Eugen Kluev, Marina Skalova, Marie-Thérèse Eychart, Elsa Triolet, Ivan Viripaev.
Nouveau voyage pour la revue des États provisoires du poème : la Russie. À travers des poèmes
inédits d’Eugen Kluev, Marina Skalova et Ivan Viripaev, un texte méconnu d’Elsa Triolet et des
études sur des poètes russes du XXème siècle : Marina Tsvetaeva, Ossip Mandelstam et Daniil
Harms, ce numéro 19 des États provisoires du poème offre aux lecteurs un (…)

Tempe a païa

5 décembre 2019

Tempe a païa

Préface d’Emmanuel Dall’Aglio.
La peur parle la première
sous la rampe
une ombre
qui n’était pas prévue
je vois ce que ressent l’écume
les problèmes se répètent
horizon en bandeau
traces du vent
servitudes
chute libre
je tombe de plusieurs vies
ma couleur préférée c’est le ciel
mais c’est le sol qui s’ouvre dans mon sommeil.

Sortie de route

27 novembre 2019

Sortie de route

PRIX DE POÉSIE DE LA VOCATION 2019
Sortie de route cherche à dire le désarroi du bonheur et les sempiternels effondrements internes. Les poèmes de Flora Souchier sont ceux d’une femme en marche, déterminée et pourtant hésitante, emplie de doutes. Hantée par l’amour, la poète trouve les paroles afin de l’exprimer et ainsi avance, dans l’exultation et l’amertume.
Poésie d’une jeunesse qui brûle ainsi que le signale le titre de la 2ème partie du livre (Torse-flamme), Sortie de route mène le lecteur hors la (…)

Poème
de l’instant

Vers le futur

Héros, savant, artiste, apôtre, aventurier,
Chacun troue à son tour le mur noir des mystères
Et grâce à ces labeurs groupés ou solitaires,
L’être nouveau se sent l’univers tout entier.

Émile Verhaeren, 1855-1916, « Vers le futur », Les villes tentaculaires, 1895.