Ciné Poème 2012
Du 22 au 24 mars 2012

Ciné Poème 2012
1ère édition

Festival créé à l’initiative de la Ville de Bezons et du Printemps des Poètes.

Premier festival unissant cinéma et poésie, une aventure audacieuse où la rencontre entre le septième art et le poème se conjugue au présent du subjectif. Ce sont 264 films qui nous étaient proposés, nous en avons retenu 35.
35 films pour le plaisir du partage dans la plus large diversité des genres et des esthétiques, pour cultiver la découverte du monde de la création. (…)
Ciné Poème initié par la ville de Bezons et le Printemps des Poètes, porté par le théâtre Paul Eluard est un nouveau rendez-vous de dynamisme culturel. C’est également un engagement de soutien à la création artistique. Cette action culturelle n’est ni affaire de mode, ni affaire de circonstance, elle s’adresse au plus grand nombre possible. N’oublions pas que la culture est un bien de l’humanité à donner en partage.

Jackie Chérin
Conseiller municipal délégué à la culture, Président du Théâtre Paul Éluard

Il est un lieu d’apparition du poème qui a été constamment minimisé, voire ignoré : le cinéma. De Méliès à Tarkovsky, du Facteur à Poetry, par leurs choix esthétiques ou par leur thème, bien des longs métrages ont fait de la poésie un argument premier. Mais c’est assurément dans le court métrage que l’on trouve illustrée de façon la plus fréquente et la plus convaincante, la plus variée aussi, la rencontre de la poésie et du cinéma.
Rien d’étonnant à cela : le court-métrage, par sa brièveté, son art de l’ellipse et de la suggestion, son goût de la surprise formelle, son intensité émotionnelle, a de profondes affinités avec le poème. Il est certain qu’il existe un répertoire très riche, marqué par une grande diversité de tons et de registres, incluant le film numérique, l’animation ou la vidéo, qu’il convient de mettre en valeur.
Les courts-métrages qui tirent leur substance d’un poème, de la figure d’un poète ou s’offrent comme une poésie visuelle, abondent. Ils prouvent que le cinéma peut être à bon droit un véhicule privilégié de la poésie, propre à toucher un vaste public, particulièrement les non initiés qui, à l’aise avec les codes de l’image, se sentent souvent dépourvus devant le poème imprimé.
Il est temps donc d’inventer un Festival du film de poésie destiné à un large public, basé sur une sélection de courts-métrages. Si le Printemps des Poètes peut contribuer à sa définition artistique et à sa promotion, ce festival ne peut exister que grâce à l’engagement d’une municipalité qui en fera un atout de sa politique culturelle, Bezons est cette municipalité.

Trois prix sont remis lors de ce festival :
- Le Prix Laurent Terzieff, récompense l’œuvre illustrant le mieux le mariage cinéma-poésie,
- Le Prix de la jeunesse attribué par des jeunes lycéens de Bezons.
- Le Prix du public est décerné par les spectateurs du festival.

Le Jury :

Robin Renucci, Président du jury, Directeur des Tréteaux de France, Parrain du 14e Printemps des Poètes.
Catherine Terzieff, réalisatrice.
Philippe Germain, Cofondateur avec Jean-Raymond Garcia en 1991 de l’Atelier de Production Centre Val de Loire.
Anne Le Ny, actrice, scénariste et réalisatrice.
Patrice Delbourg, poète, romancier et chroniqueur.
Véronique Siméon, enseignante et déléguée du Printemps des Poètes pour Ciné Poème.

Contact :
cine-poeme@mairie-bezons.fr
Retrouvez Ciné Poème sur Facebook

Palmarès

Prix Laurent Terzieff

La liberté ou l’amour de Geoffroi Heissler

Armand et son père. Une relation irrésolue. Entre nostalgie et culpabilité, Armand parcourt les lieux qui portent la trace de ses choix de vie.

Prix du public

Chicken free de R. Balloy, L. Ewald, C. Hirbec, J. Ivry, C. Kuntz, Y. Janvion Nangoh et J. Quini Piragibe

Thierry, mascotte dans un fast-food, fête ses 35 ans seul dans les toilettes de son travail. Une maladresse va l’amener à se faire licencier ce même jour.

Prix de la jeunesse

From her to Eternity de Kondo Reiko

"Un français et une Japonaise vivent une histoire d’amour idyllique, mais rêvée. Ils peuvent être des amants éternels malgré le fossé entre leurs différents univers, en terme de langage, d’espace et de temps."

Archives

Hors Saison
Devenir mécène