Ciné Poème 2017
Du 16 au 18 mars 2017

Ciné Poème 2017
6ème édition

Festival créé à l’initiative de la Ville de Bezons et du Printemps des Poètes.

« Notre festival a maintenant six ans et, plus il avance en âge, plus nous avons des raisons de croire dans le bien-fondé de notre entreprise : tant le nombre des films reçus que la qualité des sélections, l’adhésion des professionnels et du public, la richesse des débats que suscitent les propositions si variées prouvent en effet que le cinéma peut assumer le champ poétique sans renoncer à ses moyens, sans ennuyer et, ce qui n’est pas le plus simple, sans affadir ni trahir l’enjeu poétique. Non décidément la poésie n’est pas l’affaire de spécialistes en chambre close mais bien un principe actif qui peut nourrir, régénérer, doter d’intensité, toutes les formes d’expression humaines si souvent aujourd’hui détournées en divertissement fadasse ou en ersatz commerciaux. Comment ne pas remercier une fois encore la ville de Bezons d’avoir permis la réalisation de cette petite utopie qui offre à tous, créateurs et spectateurs, l’occasion d’inventer des regards imprévus sur le monde ? »

Jean-Pierre Siméon
Directeur artistique du Printemps des Poètes

Trois prix sont remis lors de ce festival :
- Le Prix Laurent Terzieff, présidé par André Velter, récompense l’œuvre illustrant le mieux le mariage cinéma-poésie.
- Le Prix de la jeunesse, le Coup de cœur scolaire (décernés par les classes) et le Coup de cœur GRETA.
- Le Prix du public est décerné par les spectateurs du festival.

DVD Ciné Poème :

21 courts-métrages de poésie, édité par Canopé, également sur le site de Canopé des pistes pédagogiques.
214 films ont été inscrits et 30 retenus.

Retrouver le DVD & des ressources pédagogiques sur le site de Canopé.

Contact :
cine-poeme@mairie-bezons.fr
Retrouvez Ciné Poème sur Facebook

Palmarès

Prix Laurent Terzieff

Sewol 2 de Benoit Baudinat

Des photos donnent à voir une Corée difficile à dater, on ne voit pas la modernité, mais on ne voit pas le passé historique non plus.

Prix du public

Sacré coeur de Samir et Hicham Harrag et Alphonse Huynh

Sami, jeune distributeur de journaux au tempérament rêveur, apprend la langue des signes pour communiquer avec une jeune sourde et muette qu’il croise tous les matins lors de sa distribution de journaux. Un matin, elle fait tomber son foulard.

Prix de la jeunesse

Le recolleur de feuilles de Rémy Rondeau

Léon a 72 ans et se dit « recolleur de feuilles » : le dernier d’un métier aujourd’hui oublié. Dès l’automne venu, il ramasse les feuilles mortes qu’il repeint pour les recoller aux arbres à l’arrivée du printemps.

Archives

Hors Saison
Devenir mécène