Ciné Poème

Le Printemps des Poètes a l’ambition de promouvoir la poésie auprès du plus grand nombre, la poésie d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs, la poésie dans tous ses états et quels que soient ses supports.
C’est parce qu’ils partagent le désir d’ouvrir l’art, sa pratique et ses œuvres contemporaines au plus large public que la Ville de Bezons et le Printemps des Poètes ont décidé de créer Ciné Poème, un festival de courts métrages unissant cinéma et poésie. C’est en effet dans le court métrage que l’on trouve illustré de façon la plus fréquente, la plus variée, la rencontre de la poésie et du cinéma.
Le court métrage, par sa brièveté, son art de l’ellipse et de la suggestion, son intensité émotionnelle, a de profondes affinités avec le poème. Il existe un répertoire très riche marqué par une grande diversité de tous les registres incluant le film numérique, l’animation, la vidéo.
Tout ceci prouve que le cinéma peut être un véhicule privilégié de la poésie propre à toucher un vaste public, particulièrement les non initiés qui, à l’aise avec les codes de l’image, se sentent souvent dépourvus devant le poème imprimé.

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.