Circa

Contact

Table des neiges

1er septembre 2014

Table des neiges

Illustrations
Serge Kantorowicz
Chaque heure a sa forme
Je ne suis plus l’étourdi de l’antique aurore
Pluie de plumes jamais ne découvre les épaules
de l’ange

Rats

1er janvier 2013

Rats

Toujours on trouve des incestes collés sous les toiles cirées à motifs de pivoines des cuisines de province, des crimes crapuleux commis à l’heure bleue pour un lopin de topinambours ou trois arpents de grenache, aussi de solides maléfices jetés d’un clan l’autre et qui s’accrochent au bois noueux des tables telles chevêches clouées aux portes des granges.

Mon enfant de sept lieues

1er janvier 2013

Mon enfant de sept lieues

Mon enfant a un sourire énigmatique.
Depuis qu’il m’est venu dans cette joie imprononçable
et mammifère
il semble dire lorsque je le regarde
Déchiffre-moi ma mère ou je te dévore.
Je pose mes yeux sur lui sans hâte
mais à l’intérieur de ma tête défilent à une vitesse folle
toutes les images de lui.

Poème
de l’instant

Stéphane Crémer

La Terre

Au sortir d’un rêve à Brasilia j’ai empoigné
la terre, déjà si âcre à mes mains
que leurs paumes m’ont paru des papilles
d’où montait un goût avec son parfum.

Quelqu’un est mort bien loin ce matin
et j’ai pensé, en me baissant jusque là
pour l’emporter à mon tour, que je saurais
l’y ensevelir à ma manière en secret.

Ainsi – car n’allons pas priver la poésie
de sa logique : ni car ni ainsi ne sont proscrits
du poème, ni aucuns mots, pourvu qu’ils s’unissent
en pensée par-delà les marges noires du faire-part ! – ,

ainsi je garde près de moi, dans des flacons
comme une épice sur l’étagère de ma cuisine,
ce pigment rouge du Brésil dont je sais qu’un jour,
empesé à l’amidon de mon choix, un beau jour

nous partagerons la délicieuse peinture mitonnée
qui montrera, aussi bien qu’une Joconde enfin
pour de bon éclipsée de son cadre, ce qu’il reste
de cette disparition : un paysage, et son horizon !

Stéphane Crémer, compost, Éditions isabelle sauvage, 2013.