Coeur sauvage

Auteur : Joël Vernet

Coeur sauvage

Ce livre est un hommage à l’immense poétesse russe Marina Tsvetaeva, qui vécut en France de 1925 à 1939, dans l’obscurité quasi-totale. Ce livre n’est pas une biographie mais un récit épistolaire, qui interroge ce que fut la négation humaine sous le stalinisme, et l’effervescence tragique qui suivit la révolution d’octobre 1917. Marina Tsvetaeva éclaire d’une lumière brute la poésie de notre époque.
Lisant l’un de ses livres dans une chambre perdue de Vladivostok face à la mer du Japon, je lui adresse ce récit en forme d’hommage pour ce qu’elle a été en tant que femme, mère et poète, et pour ce que nous offre la lumière de ses livres, de sa vie brûlée interrogeant l’Histoire et l’aventure poétique. Son aventure fut exemplaire. Quatorze années d’existence invisible dans la banlieue parisienne, puis un retour en Russie, vers l’enfer de la Russie de ce temps où l’on détruisait pour des broutilles, une phrase de travers.
J’ai cheminé en sa compagnie durant de longs mois de Moscou à Koktebel en Crimée, petit village où elle vint souvent dans le temps de sa jeunesse, sous le toit accueillant des Volochine qui reçurent ainsi Mandelstam, Tolstoï, etc… Tsvetaeva, amoureuse-née, entretint une brûlante correspondance avec Pasternak, Rilke, durant tout l’été 1926. Ces lettres merveilleuses témoignent de sa passion et de sa colère.

Paru le 1er mars 2015

Éditeur : L’Escampette

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Alejandra Pizarnik

Poème pour Emily Dickinson

De l’autre côté de la nuit
l’attend son nom
son subreptice désir de vivre,
de l’autre côté de la nuit !

Quelque chose pleure dans l’air,
les sons dessinent l’aube.

Elle pense à l’éternité.

Alejandra Pizarnik, « Poème pour Emily Dickinson », traduit de l’espagnol (Argentine) par Jacques Ancet, La dernière innocence, Ypsilon Éditeur, 2012.