Comme si quelque de Martin Rueff

Comme si quelque de Martin Rueff

Plus qu’un recueil de poésie, Comme si quelque est un livre de poésie. C’est un livre où la poésie a toute la place, mais aussi où la poésie est l’enjeu d’un questionnement jamais apaisé : qu’est-ce que faire de la poésie ici, maintenant, en France, en 2006 ? Or il n’est désormais de réponse que dialectique : la poésie ne doit pas ignorer la transformation de la langue en marchandise et elle doit puiser dans son histoire les ressources de sa révolte intime.

Comme si quelque n’est pas simplement un livre de poésie moderne, c’est un livre qui demande, par tous les moyens, que le lecteur se pose aujourd’hui la question de la poésie. Il est considéré qu’il n’est nul besoin de hurler pour se faire entendre. D’où le titre, qui laisse l’initiative au lecteur, comme une formule à achever, à relancer, à aimer - comme si quelque.

Paru le 1er juin 2006

Éditeur : L’Act Mem

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.