Commencements

Auteur : Djalila Dechache

Commencements

Avec des calligraphies de Ghani Alani.

Djalila Dechache travaille depuis quinze ans en Seine Saint-Denis comme attachée culturelle dans le domaine du spectacle vivant. Ayant entrepris des études d’arabe aux Langues Orientales et participant aussi à de nombreux récitals poétiques, elle habite désormais toutes ses langues : langue de la petite enfance, langue de l’écriture, langue des poètes, langue arabe, classique et dialectale, langue française… Ecrit en France, en Algérie et en Syrie, Commencements est son premier recueil, imprégné d’émotions enfin retrouvées.

Ghani Alani est l’héritier des écoles de Bagdad et de Turquie. Maître-calligraphe, unique détenteur d’une double izajé, artsite de renommée internationale, philosophe, érudit en mouvement perpétuek, il est "l’homme parfait" selon la définition d’Ibn Arabi.

Multitude
Il y a
des regards
très regardants
qui regardent beaucoup,
perçants.
Certains vous ôtent le visage,
restent les
stigmates.
d’autres
- très puissants -
peuvent vous extirper
un bout de l’âme :
il faudra plusieurs jours pour vous reconstituer."

Paru le 1er septembre 2006

Éditeur : Marsa

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Autoportrait d’un autre

IL S’ÉTAIT TRESSÉ un masque de fougères qui, le matin même, était encore vert. À présent il était devenu sec et cassant, pauvre armure désormais incapable de le cacher. Les oiseaux plongeaient comme des poignards dans la succion des vagues. Il se rappelait l’accélération de la chute, l’écriture de l’eau autour de son corps. Ainsi était-il resté des heures étendu. Était-il vrai que l’île se fût formée de la sorte, il ne pouvait le dire. Il se rappelait seulement la lenteur après la chute, l’acquittement de la violence qui l’avait libéré, l’étreinte de la mer.

Cees Nooteboom, Autoportrait d’un autre, Traduit du néerlandais par Philippe Noble, Actes Sud, 1994.