Comment va le monde de Marie Thomas

Comment va le monde de Marie Thomas

Sol, c’est comme un Raymond Devos québécois, mais plus politique. Il nous raconte des choses vraies.
C’est un joueur de mots avec une invention qui laisse sur le séant. Il nous fait rire avec un matériau intelligent.
Pour nous transmettre cela, il fallait une diseuse de haute volée.
C’est Marie Thomas, funambule de l’âme qui balance les mots mordorés de Sol comme si c’était sa langue maternelle.
Elle vit sur le plateau au plus proche de son public, et ça vermillonne partout.
Avec une générosité sans faille, une tendresse absolue pour sa passeuse et pour Sol, Michel Bruzat a choisi les textes de ce spectacle qu’il a mis en scène avec force et poésie, en complicité avec Franck Roncière pour l’éclairage.
C’est l’expression d’un amour fou des hommes et des femmes de notre monde. Tant qu’il y a des gens de cette trempe, tout n’est pas perdu. Vincent Cambier, Les Trois Coups.

Paru le 1er avril 2016

Éditeur : Camino Verde

Genre de la parution : CD

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.