Contre-allées

Privilégier le vécu à toute abstraction lyrique, métaphysique, linguistique ou sémiologique. Concevoir une expérimentation poétique qui ne se réduit pas à une expérimentation sur le langage.
Dynamiter les oppositions de principe entre le réel, la langue et le sujet. Faire du poème le point équidistant de ces trois composantes.
Songer que la révolution de la langue ne suppose pas un abandon du sens, et que le souci de la forme ne se résume pas à un jeu de miroir dans lequel le texte renvoie à son processus de production.
Se rappeler, à l’inverse, que la poésie n’est pas la seule expression d’une émotion, mais également un art du langage.
Ajouter une pointe d’humour, d’ironie et de fantaisie. Refuser la gravité affectée, la religiosité, la pompe, l’emphase d’une part, et le fabriqué, le calculé, le programmé d’autre part.
Elaborer une écriture qui prend en compte les contradictions du monde et de l’écriture même. Tenter d’organiser dans le poème le chaos ambiant.
Exprimer sa sensibilité. Faire parler les voix qui s’expriment en nous, familières et/ ou littéraires, voix dont nous sommes les dépositaires.
Abolir les frontières : le réel est moins réel qu’il n’y paraît, l’imaginaire moins imaginaire qu’il ne pourrait le laisser croire.
Ecrire pour garder ou découvrir des sensations, images réelles ou rêvées. Ecrire pour vivre pleinement chaque instant de l’existence.
S’attacher à dire l’envers de la réalité, à retranscrire une réalité fantasmatique.
Arracher les masques des tenants de l’ordre poétique. Pourfendre l’esbroufe esthétique, le prêt-à-penser, la littérature industrielle.
Rejeter la pseudo-fatalité et la pseudo-liberté actuelles, qui
consistent avant tout à exploiter la faiblesse et la bêtise humaines.
Etre attentif à l’écriture des autres. )
Garder son indépendance et défier les possibles en avançant par amalgame et par synthèse.
Romain Fustier

Edition de poésie contemporaine, revue de poésie

Type de livres
Revue : livre carré collé
Edition : brochures ou livres-objets

Mode de diffusion
Autodiffusion, autodistribution
56 librairies en France

Année de création : 1998

Nombre de parutions par an : 10

Tirage moyen : revue : 500 ex, éditions : 100 ex

Auteurs phares : revue : Vénus Khoury-Ghata, Patrice Delbourg, Gérard Noiret, Marie-Claire Bancquart, Franck Venaille, André Velter, Guy Goffette, James Sacré, Daniel Biga, Jude Stéfan, Pascal Commère, etc…
Editions : Emmanuel Flory, Matthieu Gosztola, Emmanuelle Pireyre, Virgine Lalucq, Romain Verger, Sophie Loizeau, Albane Gellé, etc…

Accepte de recevoir des manuscrits, uniquement pour la revue.

Editeurs : Romain Fustier et Amandine Marembert

Contact

16, rue Mizault

03100

Montluçon

<i>Contre-allées n° 29/30</i>

1er février 2012

Contre-allées n° 29/30

Textes inédits de : Ariane Dreyfus, Ludovic Degroote, Etienne Faure, Camille Loivier, Franck Cottet, Patricia Cottron-Daubigné, Christian Garaud, Christophe Lamiot Enos, Corinne Le Lepvrier, Aurélien Perret, Serge Ritman, Yannick Torlini, Christian Viguié.
Entretien de Patricia Cottron-Daubigné, Antoine Emaz, Etienne Paulin et Jasmine Viguier avec Cécile Glasman & Matthieu Gosztola.
Dessin de couverture : Loïc Gaume.
Chroniques de livres, revues et sites internet : Amandine Marembert & (…)

Contre-allées

1er janvier 2012

Contre-allées

N°29.30
Avec Ariane Dreyfus, Etienne Faure, Camille Loivier.

De loin en loin de Cécile Glasman

1er août 2011

De loin en loin de Cécile Glasman

Entre les lignes je laisse des silences que tu n’entends pas"

Incarnat

1er juillet 2011

Incarnat

Femme peinte femme feinte
"il y a une femme là-dessous"
chair pétrie chair peinture sang et lait…."

<i>Permettez que ma voix</i>

1er juillet 2011

Permettez que ma voix

"Je suis archéologue
je soulève chacune des pierres du muret
la frontière dérisoire qui délimite le soir
je cherche la pierre palimpseste
l’alphabet désordonné de la mémoire
pour inventer un prénom indemne
à une enfant qui fut blessé"

<i>Wang Wen-hsing</i>

1er juin 2011

Wang Wen-hsing

"Rue Tong An
Un parking à la place de l’enfance
la pelouse reste verte
avec les grosses pierres
rassemblées d’un jardin
japonais dispersé"

Avis de grand frais

1er juin 2011

Avis de grand frais

"La langue aux accros un chien
qui jamais n’écrira. La recherche
du temps perdu saute à la chienne
impavide
bave et cul-
bute l’encombre…"

Se recoudre à la terre (avec neige) de Sophie G. Lucas

1er juin 2011

Se recoudre à la terre (avec neige) de Sophie G. Lucas

"On pose les mains à
plat sur la neige la
terre (mélangées)
(comme ça)
(cette idée de faire
entrer la terre
dans le corps)
vérifier que tout
brûle
sous la neige"

Nord Intérieur

1er juin 2011

Nord Intérieur

Le jour est levé mais je n’ouvre pas les volets parce que c’est la nuit".

La petite qu'ils disaient de Ceciel Guilvarch

1er juin 2011

La petite qu’ils disaient de Ceciel Guilvarch

Des hommes des femmes aussi n’ont pas d’âge ou plutôt on n’en sait rien on s’en fiche".

Poème
de l’instant

Lettres à Sophie Volland

10 juillet 1759,

J’écris sans voir. Je suis venu ; je voulais vous baiser la main et m’en retourner. Je m’en retournerai sans cette récompense ; mais ne serai-je pas assez récompensé si je vous ai montré combien je vous aime ? Il est neuf heures, je vous écris que je vous aime. Je veux du moins vous l’écrire ; mais je ne sais si la plume se prête à mon désir. Ne viendrez-vous point pour que je vous le dise et que je m’enfuie ?

Adieu, ma Sophie, bonsoir ; votre cœur ne vous dit donc pas que je suis ici ? Voilà la première fois que j’écris dans les ténèbres : cette situation devrait m’inspirer des choses bien tendres. Je n’en éprouve qu’une : je ne saurais sortir d’ici. L’espoir de vous voir un moment m’y retient, et j’y continue de vous parler, sans savoir si j’y forme des caractères. Partout où il n’y aura rien, lisez que je vous aime.

Denis Diderot, Lettres à Sophie Volland.