Contre-allées

Privilégier le vécu à toute abstraction lyrique, métaphysique, linguistique ou sémiologique. Concevoir une expérimentation poétique qui ne se réduit pas à une expérimentation sur le langage.
Dynamiter les oppositions de principe entre le réel, la langue et le sujet. Faire du poème le point équidistant de ces trois composantes.
Songer que la révolution de la langue ne suppose pas un abandon du sens, et que le souci de la forme ne se résume pas à un jeu de miroir dans lequel le texte renvoie à son processus de production.
Se rappeler, à l’inverse, que la poésie n’est pas la seule expression d’une émotion, mais également un art du langage.
Ajouter une pointe d’humour, d’ironie et de fantaisie. Refuser la gravité affectée, la religiosité, la pompe, l’emphase d’une part, et le fabriqué, le calculé, le programmé d’autre part.
Elaborer une écriture qui prend en compte les contradictions du monde et de l’écriture même. Tenter d’organiser dans le poème le chaos ambiant.
Exprimer sa sensibilité. Faire parler les voix qui s’expriment en nous, familières et/ ou littéraires, voix dont nous sommes les dépositaires.
Abolir les frontières : le réel est moins réel qu’il n’y paraît, l’imaginaire moins imaginaire qu’il ne pourrait le laisser croire.
Ecrire pour garder ou découvrir des sensations, images réelles ou rêvées. Ecrire pour vivre pleinement chaque instant de l’existence.
S’attacher à dire l’envers de la réalité, à retranscrire une réalité fantasmatique.
Arracher les masques des tenants de l’ordre poétique. Pourfendre l’esbroufe esthétique, le prêt-à-penser, la littérature industrielle.
Rejeter la pseudo-fatalité et la pseudo-liberté actuelles, qui
consistent avant tout à exploiter la faiblesse et la bêtise humaines.
Etre attentif à l’écriture des autres. )
Garder son indépendance et défier les possibles en avançant par amalgame et par synthèse.
Romain Fustier

Edition de poésie contemporaine, revue de poésie

Type de livres
Revue : livre carré collé
Edition : brochures ou livres-objets

Mode de diffusion
Autodiffusion, autodistribution
56 librairies en France

Année de création : 1998

Nombre de parutions par an : 10

Tirage moyen : revue : 500 ex, éditions : 100 ex

Auteurs phares : revue : Vénus Khoury-Ghata, Patrice Delbourg, Gérard Noiret, Marie-Claire Bancquart, Franck Venaille, André Velter, Guy Goffette, James Sacré, Daniel Biga, Jude Stéfan, Pascal Commère, etc…
Editions : Emmanuel Flory, Matthieu Gosztola, Emmanuelle Pireyre, Virgine Lalucq, Romain Verger, Sophie Loizeau, Albane Gellé, etc…

Accepte de recevoir des manuscrits, uniquement pour la revue.

Editeurs : Romain Fustier et Amandine Marembert

Contact

16, rue Mizault

03100

Montluçon

Pas sûr

1er septembre 2009

Pas sûr

"L’oubli les mots l’oubli
il y a tous les noms que l’on porte
effacés
vieilles stèles dédorées bancales
ensablées […]"

Contre-allées n°23,24

1er janvier 2009

Contre-allées n°23,24

Henri Droguet
Raymond Farina, Cécile Guivarch, Romain Verger
"Matin
le ciel roncier nacré pâle
simultanément s’irrise et décolore
abondé furieusement
le fleuve fouaille et taille ses anneaux
le vent molli attend son heure"
Henri Droguet

Pommeraie comme étable

1er septembre 2008

Pommeraie comme étable

"On aime se troubler heureux devant une pommeraie, comme charnellement rassasié, se combler en y caressant des formes vénérables à rondeurs."

Coudre ton enfance à demain

1er septembre 2008

Coudre ton enfance à demain

"En face du café, devant un long mur blanc avec une bordure de couleur vert acide dans son bas
L’espace d’un léger préau de tôle, trois piquets-perche qui le soutiennent,
Où s’ouvre, dans l’encadrement que font deux battants de porte ouverts, dessin en triangle de bleu
En place de ce qui serait l’imposte,
Une épicerie comme on voit partout
Carreaux vitrés dans la monture de métal,
petit enclos de roseau juste à (…)

Couper/recoudre

1er septembre 2008

Couper/recoudre

"couper dans le sens du vent dans le biais de la chair d’un seul geste couper…"

Ta main autant que

1er septembre 2008

Ta main autant que

"du passé pas parler pas pressée. pressens l’envie de gommer moments pesants.juste in pendant maintenant présent emmêlés ici là dans les bras"

Contre-allées n°21,22

1er septembre 2008

Contre-allées n°21,22

Antoine Emaz
Nolwenn Euzen, Marcel Migozzi, Jean-Marie Perret.

Rubrique terre

1er septembre 2007

Rubrique terre

"Tordu le segment de coudre au vent sous l’averse contre la vitre
d’une cuisine au sol un rien kitsch, monstres
crachant le feu sous la pantoufle d’un qui bat midi venu
l’omelette métaphysique."

Planche en bois de Cécile Guivarch

1er septembre 2007

Planche en bois de Cécile Guivarch

"Il reste
à la mémoire de ceux qui partent
à ce qui nous retient chaque jour
une illusion d’enfance
on s’y projette dans l’angoisse
on demeure séparé
derrière la planche en bois
je n’y vois plus rien"

Sous le ciel de nous de Sophie G. Lucas

1er septembre 2007

Sous le ciel de nous de Sophie G. Lucas

"Bonnets de laine
gants tricotés main
faisons buée sur les carreaux
reprendre de l’index le paysage
de quoi
blanc
aller loin"

Poème
de l’instant

Le Chant du métèque

Vous ne saurez jamais ma soif mon angoisse
des visages douloureux, des nébuleuses obscures,
des sourires lumineux, des carrefours tordus,
du temps qui naît, du temps qui meurt,
des fenêtres closes, des tombes étales
sous le baiser humide du ciel.

Jean Malaquais, « Le Chant du métèque », Revue Caravanes 7, Éditions Phébus, 2001.