Contre une nuit trop claire

Auteur : Philippe Desportes

Contre une nuit trop claire

Poèmes choisis et présentés par Jean-Yves Masson.

Poète de Cour, il succède à Ronsard vieillissant grâce au fidèle mécénat du duc d’Anjou, le futur Henri III.

Dans sa traduction des sentiments des grands du monde, et de leurs amours parfois tragiques, il fait triompher une réelle grâce d’écrire, une sensibilité vraie qu’il préserve des complications mythologiques encore de mode.

Malmené par Malherbe, admiré par Boileau, il demeure aujourd’hui méconnu alors que sa poésie – non seulement celle des sonnets, mais aussi par la beauté de quelques grands poèmes – est l’une des plus lumineuses de la renaissance.

Paru le 31 juillet 1997

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

L’homme désert

Il n’y a pas d’aigle sans désirs.
Il n’y a pas d’aveugle sans regard.
Il n’y a pas de Bonheur.

Mais il n’y jamais ce chant tournoyant et délivrant, cette Parole de toujours, cette terrasse de splendeur portée entre les bras du jour, il n’y a pas ce chant et cette bouche qui chante, et ce corps qui chante cette bouche, et ce désir qui chante ce corps qui l’emporte à sourire, s’il n’y a pas Celle même qui attend encore, au milieu des palmes et des pluies, d’être déliée de son ombre.

André Delons, L’homme désert, Éditions Rougerie, 1986.