Corbeline

Jacques Moulin

Corbeline

Monotypes d’Ann Loubert

Il y a là une fascination pour le corbeau, élargie aux corvidés, pies, geais, choucas.
Une fascination saisie par l’écriture — poème, vers libre, prose poétique.
Il s’agit de dire l’oiseau par toutes ses plumes, par toutes ses crailleries.

Corbeline — une herbe à corbeau accrochée à son cri. La traversée du mot corbeau, par les sons les lettres et les sens, fait écho à beaucoup d’autres noms d’oiseaux. Martinet, mésanges, hérons, grèbes huppés, guêpiers et vautours… Tous oiseaux observés attendus espérés rêvés aimés écrits.

On peut faire affût ou rencontre. Bouche bée et frissons d’ailes.

On entre dans la libre volière du ciel et de la page. Les mots s’y posent avec l’oiseau ou bien se tiennent menus dans le filet du poème.

Paru le 9 septembre 2022

Éditeur : l’Atelier contemporain

Poème
de l’instant

Eric Sarner

Simples merveilles

Il y a cet instant, juste avant l’heure, où
j’écris ici,
pour rien,
un petit matin.
Fraîcheur d’une plaine stoïque, le dedans d’un désir,
Là, oui, j’écris,
pour rien,
pour le moindre verbe,
comme Marcher,
Courir,
Lutter,
Pousser,
Tenir…
Qui nous garderait vivants.

Éric Sarner, Simples merveilles, Tarabuste éditions, 2020.