Corps puce

Contact

27 rue d’Antibes

80090

Amiens

Les dessous de la chèvre de Monsieur Seguin d'Isabelle Marsay

1er mars 2010

Les dessous de la chèvre de Monsieur Seguin d’Isabelle Marsay

"Comédie musicale
"Cabri, c’est fini…"

Coup double de Tristan Felix - Philippe Blondeau

1er juillet 2009

Coup double de Tristan Felix - Philippe Blondeau

"I
c’est notre grande soeur
l’arche de ses jambes
nous menace
elle prie en silence
pour nos devoirs futurs
trop vaste
la maison
se replie sous un capuchon d’ombre
la pendule grignote
l’établi scarifié des vieux mots".

<i>Géographie de l'eau</i>

1er juin 2009

Géographie de l’eau

"La neige,
complice du silence
joue avec la lune
sur les pentes endimanchées."

Si Jeanne avait pu écrire de Beata Saboova

1er avril 2009

Si Jeanne avait pu écrire de Beata Saboova

"Petite, je rêvais de vagabonder toute seule à travers l’Europe, de prendre un train un jour et de partir très loin, pour très longtemps sinon pour toujours. J’avais ce qu’on appelle en Slovaquie Les chaussures errantes".

Poèmes en miroirs d'Henri Chevignard

1er mars 2009

Poèmes en miroirs d’Henri Chevignard

Collection Liberté sur Parole (volume 21)
"Les commerces de bouche ont baissé leur acier
Voici la nuit sans virtrine
Attelés sous la froidure
tous les dos épousent la lune"

Si ça se trouve

1er janvier 2009

Si ça se trouve

"Poème facile à chanter le matin
au saut du lit
carrément"

Haïbans de mer

1er janvier 2009

Haïbans de mer

Ouvrage collectif coordonné par Jean Foucault
"Je parle haïku !
Je n’y aurais pas pensé.
Cela m’enthousiasme."
(Philippe)

Lettres ouvertes aux pommes de terre par 15 poètes rwandais

1er juin 2008

Lettres ouvertes aux pommes de terre par 15 poètes rwandais

15 poètes rwandais réunis en formation écrivent à la pomme de terre qui répond. Ouvrage publié en lien avec l’année Internationale de la pomme de terre (FAO).

Les Grandes Inventions de la Préhistoire

1er juin 2008

Les Grandes Inventions de la Préhistoire

Préhistoire des relations amoureuses vues par un poète

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.