Correspondance (1911-1931)

Anna de Noailles, Jean Cocteau

Auteur : Anna de Noailles

Correspondance (1911-1931)

Première parution en 1989.
Introduction et notes de Claude Mignot-Ogliastri.
Nouvelle édition en 2019.

Jean Cocteau (1889-1963) demeura, par-delà les modes, fidèle au souvenir d’Anna de Noailles (1876-1933). Il savait par cœur Les Éblouissements (1907) quatre ans avant d’en connaître l’auteur. Quand elle mourut, il parla d’elle comme d’« une sœur ». En 1963, il lui consacra son dernier livre.

Pour la femme-poète fascinante du Cœur innombrable et du Visage émerveillé, « Pallas » moqueuse et « Sibylle » inspirée, la dévotion du Prince frivole s’était muée en une solide amitié, dont témoigne cette correspondance en majeure partie inédite : de 1911 à 1931, trente-six lettres d’elle et quarante-six de lui. Toute une époque y revit, et particulièrement le Cocteau débutant qu’éclaire aussi le témoignage de Jacques-Émile Blanche, révélé en annexe. On comprend comment, au jeune homme fragile de 1911, Anna de Noailles avait insufflé sa foi en la puissance surnaturelle de la poésie.

Paru le 29 novembre 2019

Éditeur : Gallimard

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Zéno Bianu

Pérégrinations du Pierrot solaire

Voilà
le monde reste beau
impunément
il n’a pas peur
du noir
il coule de source
toujours

Zéno Bianu, « Pérégrinations du Pierrot solaire ».