Correspondance avec les artistes (1903-1918)

Auteur : Guillaume Apollinaire

Correspondance avec les artistes (1903-1918)

Édition de Laurence Campa et Peter Read.

Ces lettres, en majorité inédites, forment la correspondance entre Guillaume Apollinaire et les artistes de son temps : peintres, sculpteurs, graveurs, affichistes, décorateurs, illustrateurs… Français et étrangers, ils sont plus d’une centaine à entretenir des relations professionnelles ou personnelles avec le poète d’Alcools et de Calligrammes, dont la critique d’art révèle un goût sûr aux convictions vigoureuses. Les échanges avec Chagall et Gontcharova sont pleins d’estime et d’admiration. Avec André Derain, le Douanier Rousseau, Max Jacob ou Giorgio de Chirico, le travail et l’amitié s’unissent dans un même élan créateur. Entre Apollinaire et Marie Laurencin, la peinture et la poésie épousent l’amour et les regrets. Quand la Grande Guerre disperse les milieux artistiques, les lettres soutiennent Braque, en péril dans les tranchées, et Kisling, évacué après sa blessure dans un corps-à-corps.

Cette correspondance éclaire l’itinéraire et la personnalité des artistes les plus illustres, inventeurs de l’art moderne, sans négliger tous ceux qui, aujourd’hui oubliés ou méconnus, ont animé l’univers des ateliers, des galeries et des salons. Elle nous mène à travers l’Europe de la Belle Époque, creuset du cubisme et de l’abstraction. Elle nous conduit dans un monde déchiré par la guerre, où chacun tente de protéger son art dans les nécessités de l’heure. Elle nous plonge dans l’art vivant du début du XXe siècle.

Paru le 26 novembre 2009

Éditeur : Gallimard

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

« Fabulation »

« Cela » : humus formé par l’effritement et l’évaporation de nos rêves – diurnes autant que nocturnes ¬–, et que viennent féconder les songes ainsi qu’une abeille féconde les fleurs où elle butine. Les songes, montés (ou descendus ?) des confins du visible.

Sylvie Germain, « Fabulation », Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.