Cortège de masques de Walter Helmut Fritz

Cortège de masques de Walter Helmut Fritz

Traduit de l’allemand par Adrien Finck, Maryse Staiber, Claude Vigée

Collection d’Une voix l’autre.

Le souhait d’être homme de peu de paroles. Pourquoi ? Parce que tout est sans rive, insondable, infini. Les phénomènes les plus simples. Les contradictions irréductibles. Les auto-illusionnements, pièges, cercles vicieux. Les illusions que l’on a, dont on veut se débarrasser, tout en ayant besoin de leur présence. Heine : " J’avais trop bon caractère pour rompre moi-même avec mes erreurs anciennes. Je les ai emportées, dès le départ. On ignore à quoi elles peuvent servir."

Paru le 1er décembre 2004

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Version bilingue

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.