Cortège de masques de Walter Helmut Fritz

Cortège de masques de Walter Helmut Fritz

Traduit de l’allemand par Adrien Finck, Maryse Staiber, Claude Vigée

Collection d’Une voix l’autre.

Le souhait d’être homme de peu de paroles. Pourquoi ? Parce que tout est sans rive, insondable, infini. Les phénomènes les plus simples. Les contradictions irréductibles. Les auto-illusionnements, pièges, cercles vicieux. Les illusions que l’on a, dont on veut se débarrasser, tout en ayant besoin de leur présence. Heine : " J’avais trop bon caractère pour rompre moi-même avec mes erreurs anciennes. Je les ai emportées, dès le départ. On ignore à quoi elles peuvent servir."

Paru le 1er décembre 2004

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Version bilingue

Poème
de l’instant

Coplas

Que fais-tu, hibou, sur ton olivier,
avec ces grands yeux tout écarquillés ?

Je m’occupe à observer, dit l’oiseau,
du temps la longue traversée.

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.