Couleur livres, collection Carré D’as

presse@couleurlivres.be

Contact

Rue André Masquelier, 4

7000

Mons

Dans le lac des légendes

1er février 2014

Dans le lac des légendes

Grâce aux mots de Michel Cosem et grâce aux dessins de Lilie Oma, c’est un bonheur de voyager, portant ses rêves au creux de ses bras. ici tout est vrai, chaud et baud puisque les auteurs l’ont voulu, vécu, imaginé…

Arc-en-ciel

1er février 2014

Arc-en-ciel

Colette Nys-Mazure et Jacques Charpentreau / Pierre Laroche
Sous l’Arc-en-ciel, trois auteurs passionnés par la vie et la littérature : Colette Nys-Mazure et jacques Charpentreau, écrivains accomplis, Pierre Laroche, collagiste minutieux.

Un enfant comme un autre

1er novembre 2012

Un enfant comme un autre

Un enfant comme un autre est une belle histoire, contée simplement par un poète musicien et illustrée par une fée. Du bonheur à l’état pur.
" Un enfant comme un autre
un enfant sans pareil
Avec des mots pour expliquer
et des silences pour comprendre
Un enfant comme un soleil
pour réchauffer l’enfant trouvé

<i>Le bestiaire en folie</i>

1er octobre 2011

Le bestiaire en folie

L’humour est au rendez-vous de ce Bestiaire en folie, second titre de la collection "carré d’as" qui plaira aux jeunes comme aux parents.
Mieli-Mielo
L’abeille
Dyslexique
Aimerait bien
Faire son miel
Sans mêler
Les consonnes
Et les voyelles

Les mots donnent sur le jour d'Arthur Praillet

1er octobre 2011

Les mots donnent sur le jour d’Arthur Praillet

Illustrations d’Annie Gaukema
Un poème qui serait
Une fête qu’on se donne
Pour le plaisir d’être ensemble

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.