D’UNE SARBACANE

Carl Norac

quand à deux on se dit
que l’on peut refaire le monde
en tournant une page

c’est déjà le début d’un voyage
on se dresse un lit de papier
et les yeux font le reste

en tournant une page
pas pour changer l’univers
le mouvement des sphères
la marche des nuages

mais être là lecteur de soi
devenir paysage
vivre à deux comme lancé
d’une sarbacane

quand à deux on s’avance
pour lire entre les lignes
pour imprimer les signes
de ses pas ses détours

quand à deux on s’avance
au retour de l’enfance
ses allers ses retours

comme lancé loin des arcanes
d’une seule sarbacane
pour un supplément d’amour

Carl Norac
pour les 10 ans de création des Éditions Sarbacane
© Éditions Sarbacane, 2013.

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.