Dans l’insomnie de la mémoire

Auteur : Bernard Mazo

<i>Dans l'insomnie de la mémoire</i>

Pour Jean Orizet, c’est un poète qui “élève sa désespérance à la hauteur d’une morale avec du Cioran chez lui”. Dans le journal Le Monde, Alain Bosquet souligne que “Lapidaire parmi les lapidaires, Bernard Mazo arrive à une densité lumineuse que peuvent lui envier bien des poètes célèbres”. Monique Petillon dans le même quotidien écrit, à propos de La vie foudroyée : “Voici une poésie magnifique que traverse une lucidité lumineuse, une tension constante entre parole et mutisme”.

Paru le 1er octobre 2011

Éditeur : Voix d’encre

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Matthieu Messagier

post-verbum aux demains sans tutelles

la plupart des manèges et la nuit a tardé
dessus les restes hasards de sueurs nouvelles nées
et dès que les rôles emportent les légendes
là où les sons obtiennent le fard à déprendre
sur les voiles de larmes encore rugueuses
que le parage a abandonné derrière lui
des papillons de nuit aux teintes obscurantes
pour ce que leur vie arrête en ce royaume
soudain allument de biais sans que l’os y consente
les us inespérés de mondes en dense et séculiers
et les dés à découdre du moins résolvent les passés
et au chas des jeux de pôles se faufilent d’autres étés
si l’écho des odes après-voir offre la merveille
même surgie d’ailleurs où l’âme se porte sans appareil

inédit pour le Printemps des Poètes