Dans la paroi de verre

Germain Roesz

Dans la paroi de verre

Les pas s’égrènent dans un brouillard où le sens apparaît et disparait. C’est l’observation des jours qui passent, qui s’accumulent, qui fuient. C’est la notation du tremblement du corps, de l’âme et des mots qui le lisent. C’est la parole qui bégaye, qui reprend pour comprendre, qui abandonne pour mieux saisir. C’est la colère et l’épuisement. C’est la main incandescente qui brûle ce qu’elle touche et qui se consume de même. C’est le regard qui pénètre le trou noir du voir pour mieux toucher la couleur. […] Une paroi de verre nous regarde, nous sépare et nous contient.

Paru le 12 juillet 2021

Éditeur : Les Lieux-Dits

Poème
de l’instant

« Élégie I », Les Tristes

Va, petit livre, j’y consens, va sans moi dans cette ville où, hélas ! il ne m’est point permis d’aller, à moi qui suis ton père ; va, mais sans ornements, comme il convient au fils de l’exilé…

Les Tristes
Traduit du latin sous la direction de M. Nisard