Dans le soleil de tes mots

Auteur : Frédéric Jacques Temple

Dans le soleil de tes mots

Le 5 août 2020, Frédéric Jacques Temple s’en est allé. Il aurait eu 100 ans en 2021.

Poète, romancier, homme de radio et de télévision, traducteur, passionné d’histoire naturelle, grand voyageur, ayant tissé des amitiés avec les plus grandes figures du monde des arts et des lettres, il se définissait comme « écrivain occitan d’expression française », affirmant son attachement aux territoires languedociens qui constituaient pour lui « le cœur du monde ».

« Allié substantiel » de la Maison de la Poésie Jean Joubert à Montpellier, présent jusqu’au bout dans ce lieu qui était pour lui aussi, comme pour Jean Joubert, la « maison des poètes », Frédéric Jacques Temple est ici salué par quelques –uns des poètes qui, vivant dans sa proximité, l’ont fréquenté dans ses livres et dans la vie.

Réunis par leur admiration et les liens d’amitié, les poètes rassemblés dans ce recueil construisent, comme un nouveau poème, le portrait collectif de « Celui-qui-marche-dans-le-soleil », selon son nom indien.

Paru le 1er juillet 2021

Éditeur : Domens

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Ludovic Janvier

Bientôt le soleil

« Je ne cherche pas l’essor, l’oubli, la grâce, je sais qu’ils me sont impossibles. Et d’ailleurs je ne le voudrais pas. L’ange me fait peur. Non, je cherche la présence et le poids, ou plus exactement la présence me cherche, le poids me trouve, le poids sur moi de la lumière comme un mur, la présence à plein regard de la mer qui fait masse ou du feuillage hanté par le ciel. De sorte que les jours de timidité, ou de trop fort vouloir, je reste pris dans la glu du moment, prisonnier du trop plein jusqu’à la nausée. Les jours de décision, j’allais dire de légèreté mais ne te vante pas, je vois sortir de moi une réponse, plus ou moins claire, plus ou moins simple, plus ou moins forte. Content ? Non, jamais content. Mais, quand même, content. »

Ludovic Janvier, Bientôt le soleil, Flohic Éditions, 1998.