Danse en résistance

Marie-Françoise Ghesquier

Auteur : Marie-Françoise Ghesquier

Danse en résistance

L’écriture poétique et l’écriture chorégraphique de Marie-Françoise Ghesquier sont très liées. Toutes deux nécessitent un long travail de mise en œuvre, finesse, précision, un lien intime avec les profondeurs de la vie psychique. Chaque pas de danse est une prise de risque à la recherche d’un idéal. Une écriture qui arpente inlassablement le même domaine : le corps qui cherche à exprimer le mouvement enraciné dans l’imaginaire et projeté vers l’autre. Figurer la beauté du monde à travers la danse, précieuse huile essentielle, ne pouvait résulter que de l’expression d’une douleur suprême, « au point exquis ». En voici quelques gouttes, distillées au fil de ces pages.

Paru le 1er août 2021

Éditeur : Jacques Flament

Poème
de l’instant

L’homme désert

Il n’y a pas d’aigle sans désirs.
Il n’y a pas d’aveugle sans regard.
Il n’y a pas de Bonheur.

Mais il n’y jamais ce chant tournoyant et délivrant, cette Parole de toujours, cette terrasse de splendeur portée entre les bras du jour, il n’y a pas ce chant et cette bouche qui chante, et ce corps qui chante cette bouche, et ce désir qui chante ce corps qui l’emporte à sourire, s’il n’y a pas Celle même qui attend encore, au milieu des palmes et des pluies, d’être déliée de son ombre.

André Delons, L’homme désert, Éditions Rougerie, 1986.