Dante Alighieri Vie nouvelle

Dante Alighieri Vie nouvelle

Présentation et commentaires de Jean-Charles Vegliante d’après l’édition
critique de Guglielmo Gorni.
Version française de Jean-Charles Vegliante, avec Marina Marietti et
Cristiana Tullio Altan.
La Vie nouvelle, premier grand texte lyrique en langue vulgaire, marque la naissance – en prose et en vers – de l’auto-biographisme. Le jeune Alighieri, à partir du « livre » de sa mémoire, y ordonne, selon une structure tripartite restituée par l’édition Gorni (annonçant l’architecture de La Comédie), ses poèmes d’amour en fonction de la louange de Béatrice ; plaçant, nous dit-il, « toute ma béatitude dans ce qui ne peut me faire défaut » (fi n du premier tiers) : un concentré du chef-d’œuvre futur.
Jean-Charles Vegliante, éditeur de cette Vie nouvelle au texte établi par G. Gorni en trois parties (30 paragraphes plus un), est un italianiste reconnu, directeur de recherche à la Sorbonne Nouvelle, spécialiste de poésie, traducteur et poète. Il a procuré une Comédie bilingue (Imprimerie Nationale - Actes Sud), ainsi que des travaux originaux sur Ungaretti, Montale, Amelia Rosselli, Pascoli…

Paru le 1er mai 2011

Éditeur : Garnier

Genre de la parution : Prose

Poème
de l’instant

Avis

Voyageurs du soir qui suivez la rumeur
Des vagues et l’étoile bleue des baies,
Gardez-vous de trop songer à vos songes
Et d’héberger pour longtemps les chagrins
Qui saccagèrent votre vie passée.
Il est au bout de la nuit une terre tout ensemble
Proche et lointaine que le jour naissant
Exalte d’hirondelles et de senteurs de goyave.
Un pays à portée de cœur et de sourire
Où le désir de vivre et le bonheur d’aimer
Brûlent du même vert ardent que les filaos.
Craignez de le traverser à votre insu :
Les saisons sur vos talons brouillent le paysage ;
Mais chaque pas est la chance d’un rêve.

Fatho Amoy, « Avis », Chaque aurore est une chance, Éditions CEDA, 1980.