De la triade supérieure contraire de Giordano Bruno

De la triade supérieure contraire de Giordano Bruno

De opposita superna triade

édité par Sébastien Galland

En 1587, Giordano Bruno est à Wittenberg où il achève la Lamapas triginta statuarum, d’où est tiré le De opposita superna triade. L’ouvrage, qui ne sera publié à titre posthume qu’en 1891 en Italie, n’a jamais été traduit en français. Nourri des Anciens, Bruno compose ici un Art de la mémoire, lieu de commémoration de tous les savoirs et plus encore occasion de l’avénement de l’homme universel. L’esprir de la Renaissance fonde cet Art de la recherche qui jette des ponts entre les différents moments de la Philosophie pérenne.

Paru le 1er avril 2004

Éditeur : L’Act Mem

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.