De mots et d’amour

Auteur : Yves-Jacques Bouin

De mots et d'amour

…déclarez votre flamme sur les pages vierges de l’avenir ; sans rétention, sans élucubration précoce, avouez ce que vous devez directement au sentiment amoureux, à la tension sous vos tissus, mais cessez ces discours dédaigneux de saintes nitouches pudibondes. Culbutez les poèmes d’amour dans les foins de l’édition et s’il reste quelques pailles ça et là au détour d’une tournure, sachez la saisir pour boire le petit lait d’amande douce de la poésie ou celui des poèmes priapiques au goût de noisette, mais ne la brandissez pas pour cacher la poutre qu’il n’y aurait plus dans vos braies depuis que vous portez aux nues une poésie qui n’a plus ni bandits, ni pendaisons, ni bandaisons, ni saintes tripes. Redonnez-nous de la poésie canaille pour hommes de feu, pour femmes de ventre, pour corps de noces et de fêtes !

Paru le 1er avril 2007

Éditeur : La Renarde rouge

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.