Dites-moi vous, Juan

Auteur : Angèle Vannier

Dites-moi vous, Juan

Angèle Vannier (1917-1980), femme, poète, celte et aveugle, comme elle aimait à se définir, a publié ses recueils les plus importants aux Éditions Seghers (Choix de poèmes et Le sang des nuits) puis aux Éditions Rougerie (Le rouge cloître, Théâtre blanc, Ordination de la mémoire, Poèmes choisis). On peut la situer dans la mouvance surréaliste et elle fut particulièrement appréciée par Paul Éluard qui écrivit dans sa préface à L’Arbre à feu ; Angèle Vannier préserve tout de l’ombre merveilleusement  ». Dites-moi vous, Juan est son dernier recueil, inédit dans sa totalité jusqu’à ce jour. Il répond à d’autres textes plus anciens parus dans la revue Nard en 1975. Tous les thèmes récurrents de l’œuvre d’Angèle Vannier sont là ; Hercynienne aveugle et Œdipe, Les femmes pendues de Barbe-Bleue et Jocaste, les loups… de velours, la servante et le château et les amours vécues, rêvées, revécues.

Paru le 1er novembre 2011

Éditeur : La Part commune

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.