Docks

DOC(K)S, « revue » fondée en 1976 par Julien Blaine et dirigée depuis 1990 par Akenaton est un objet qui n’a pas de squelette mais de la viande : chaque numéro diffère de tous les autres sinon par cette volonté de laisser libre l ’horizon. Le nombre des contributions reçues entre deux
numéros (300) et les modalités artisanales d’une production effectuée de A à Z par deux poètes (Philippe Castellin + Jean Torregrosa = Akenaton) font qu’il est bon de s’informer sur DOC(K)S avant d’envoyer des textes…
Probablement la plus grande et ancienne revue de poésie expérimentale, française d’origine mais inscrite dans un réseau international accru depuis 1997 par la fondation d’un site intemet
(DOC(K)S_ON_LINE) qui fait référence quant à l’actualité des poésies expérimentales« in the world ».
Les numéros la plupart du temps thématiques, souvent doubles triples ou quadruples sont depuis 1996 systématiquement doublés par des CD Rom ou des DVD et par la mise en ligne des objets reçus. C’est ainsi que DOC(K)S entend s’affirmer comme « dispositif trans-media » en poursuivant l’exploration et l’analyse des effets liés à l’explosion de l’informatique et des nouveaux supports.

Editions de poésie contemporaine
Editions sonores
Livres d’artistes
Revue de poésie

Type de livres
Consucollé avec illustrations - offset

Année de création : 1976

Nombre de parutions par an : 3

Tirage moyen  : 700 ex.

Auteurs phares : Bernard Heidsieck, Julien Blaine, Ph. Castellin, Pierre Garnier, Franco Beltrametti…

Contact

Fonds repris par Al Dante
Les Grands Terrains - 8, rue Vian

13000

Marseille

"THEORIE(s)_DOC(K)S"

1er octobre 2006

"THEORIE(s)_DOC(K)S"

1/Poésie & corps & voix & gestes, &tc.
2/ Poésie & réseau : une relation internationale.
3/ Poésie & machines & nouveaux medias.
4/ L’esprit libertaire & l’essai de destruction des monothéismes.
5/ Poésie & Arts (arts plastiques, musiques, théâtre, architectures….)
DVD : autoportraits théoriques - 120’

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage