Docks

DOC(K)S, « revue » fondée en 1976 par Julien Blaine et dirigée depuis 1990 par Akenaton est un objet qui n’a pas de squelette mais de la viande : chaque numéro diffère de tous les autres sinon par cette volonté de laisser libre l ’horizon. Le nombre des contributions reçues entre deux
numéros (300) et les modalités artisanales d’une production effectuée de A à Z par deux poètes (Philippe Castellin + Jean Torregrosa = Akenaton) font qu’il est bon de s’informer sur DOC(K)S avant d’envoyer des textes…
Probablement la plus grande et ancienne revue de poésie expérimentale, française d’origine mais inscrite dans un réseau international accru depuis 1997 par la fondation d’un site intemet
(DOC(K)S_ON_LINE) qui fait référence quant à l’actualité des poésies expérimentales« in the world ».
Les numéros la plupart du temps thématiques, souvent doubles triples ou quadruples sont depuis 1996 systématiquement doublés par des CD Rom ou des DVD et par la mise en ligne des objets reçus. C’est ainsi que DOC(K)S entend s’affirmer comme « dispositif trans-media » en poursuivant l’exploration et l’analyse des effets liés à l’explosion de l’informatique et des nouveaux supports.

Editions de poésie contemporaine
Editions sonores
Livres d’artistes
Revue de poésie

Type de livres
Consucollé avec illustrations - offset

Année de création : 1976

Nombre de parutions par an : 3

Tirage moyen  : 700 ex.

Auteurs phares : Bernard Heidsieck, Julien Blaine, Ph. Castellin, Pierre Garnier, Franco Beltrametti…

Contact

Fonds repris par Al Dante
Les Grands Terrains - 8, rue Vian

13000

Marseille

"THEORIE(s)_DOC(K)S"

1er octobre 2006

"THEORIE(s)_DOC(K)S"

1/Poésie & corps & voix & gestes, &tc.
2/ Poésie & réseau : une relation internationale.
3/ Poésie & machines & nouveaux medias.
4/ L’esprit libertaire & l’essai de destruction des monothéismes.
5/ Poésie & Arts (arts plastiques, musiques, théâtre, architectures….)
DVD : autoportraits théoriques - 120’

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997