Eclats d’encre

Les éditions Eclats d’encre ont repris le fonds des éditions Le Dé bleu/ L’idée bleue.

Contact

14, rue Gambetta

78600

Le Mesnil-Le-Roi

L'air libre

1er juin 2014

L’air libre

Réédition du recueil paru précédemment en 2006 dans la collection "Le Dé bleu" des éditions de L’Idée bleue.
« Dans sa première publication en 1993, Albane Gellé écrivait qu’un homme lui avait "arraché la langue". Depuis, elle cherche, poète, à se donner une langue neuve, sa langue. "Je me tais", répète-t-elle (dix fois dans "L’Air libre"), en précisant, à chaque fois, pourquoi : parce que quand j’étais petite, un homme à côté de moi parlait parlait il me donnait envie de vomir ; parce que tout près ça parle (…)

Métamorphose du chemin

1er juin 2014

Métamorphose du chemin

« De la jeunesse toute empreinte d’utopie et de certitudes, à l’âge mûr qui a appris à ses dépens que la déconvenue accompagne chacune de nos entreprises, ce chemin d’une cinquantaine poèmes en vers courts est l’itinéraire d’un homme qui n’a jamais baissé les bras mais qui, aujourd’hui, doit admettre qu’il trouve dans la poésie et la nature les principales sources de joie et d’énergie. Lecteur de Lionel Ray pour ses déambulations, de Marie-Claire Bancquart pour son empathie profonde avec l’humain, de Claude Ber (…)

A l'envers de tout

1er avril 2013

A l’envers de tout

Mélange de souffles mécréants et de psaumes du coeur.
Entre les questions réglementaires et le vaste monde, il y a des prismes de lumière.
Tes calvacades les assombrissent de poussière.

Les multiples passages

1er avril 2013

Les multiples passages

"Les multiples passages
L’érosion
la matière la plus compacte"

Si peu, tout de Vincent Motard-Avargues

1er avril 2013

Si peu, tout de Vincent Motard-Avargues

"Je tremble
de
chaleur
froide
la foule
englobe
l’ailleurs
tant de
silences"

Veine, multiple

1er janvier 2013

Veine, multiple

« veine, multiple
tu agaces les
veilleurs
de ta langue
serpentine
l’eau est
calme
près des maisons
nous haletons
veine de ma joie
enkystée
toi entière –
ici
la fièvre gagne. »

<i>Gestes courts</i>

1er juin 2012

Gestes courts

"un déchirement accueille le ciel de soir
vol de l’oiseau coupant la cime
tu vis faux"

La mésange sans tête

1er mai 2012

La mésange sans tête

"Je ne parle pas.
Le vent pousse les nuages
comme une mauvaise herbe
je reste seule sur le bord"

J'attends cet instant qui s'enroule éblouissant de Valérie Huet

1er mai 2012

J’attends cet instant qui s’enroule éblouissant de Valérie Huet

1
Seul lieu
à ce corps
que j’existe
Nulle aventure
que tu vis
Respire
ton être
Et songe
à moi

Partage des eaux de Laurent Contamin

1er mai 2012

Partage des eaux de Laurent Contamin

"Jonas, bassin d’orage
Vendu au gris des rêves."

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.