Édition 2001
Du 26 mars au 1ᵉʳ avril 2001

Édition 2001
Poésie et chanson

“Ce que serait un Printemps des Poètes, la poésie même nous l’enseigne et chacun le pressent : une saison symbole de renouveau, où favoriser la créativité, où découvrir et enrichir l’immense trésor de la poésie française ; une période de la vie où la poésie, menacée par l’inessentiel, s’offre à la personnalité comme une chance d’approfondissement et d’échange (« Oh le printemps, je veux écrire ! » dit Tristan Corbière) ; — et toujours aussi une époque à venir, le rêve à préparer d’une société de la parole libre, désintéressée et pensante, qui donnerait couleurs et voix aux idéaux de la République, qui sont sans frontières.”

Alain Borer

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.

Archives