Édition 2006
Du 4 au 12 mars 2006

Édition 2006
Le Chant des villes

Lieux de perpétuelles métamorphoses, lieux de fêtes et de révoltes, lieux de passage autant que d’enracinement, sites privilégiés de l’inconnu, du vertige, du côtoiement des contraires, les villes ont toujours été une des matières premières de l’imaginaire poétique. Chacun sera ainsi invité à explorer, dans le dédale des poèmes, ce concret mystère : la ville aux mille visages.

Jean-Pierre Siméon

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.

Archives