Editions Alcyone

Contact

BP 41

17102

Saintes cedex

Haute-tension

9 septembre 2020

Haute-tension

AVEC NEUF TOILES DE MARIE-CLAUDE CAVAGNAC
Hélène Vidal vit et travaille dans les Hautes-Pyrénées. Libraire à Tarbes après une maîtrise de Lettres Modernes et une licence d’Histoire de l’Art, elle anime aussi des ateliers de jeux d’écriture. Elle a publié plusieurs recueils de poèmes et on retrouve ses textes dans plusieurs revues, parmi lesquelles Décharge, Saraswati, 7 à dire, L’Arbre à paroles, Archipel, Diérèse.
Marie-Claude Cavagnac est autodidacte, puisqu’elle ne s’est donnée à la peinture qu’après (…)

Passant(s)

31 août 2020

Passant(s)

Né Paris en 1941, Jean-Pierres Farines, séparé de ses parents pendant l’occupation, a passé sa petite enfance près de ses grands-parents, dans le Lot, jusqu’à la Libération. Sans doute en a-t-il conservé, en plus de souvenirs empreints de lumières multiples, le sentiment d’être toujours déplacé.
Ancien professeur de Lettres, il est aussi co-fondateur et animateur de la revue Arpa. Depuis plusieurs décennies, il échange ainsi une importante correspondance avec des poètes de tous pays.
Passant(s) est le (…)

La gloire des poussières

31 août 2020

La gloire des poussières

Pourquoi veut-on que les poussières ne soient que d’infimes fragments de choses et de vies défaites, ce que l’oubli dépose sur des meubles abstraits, des livres sans regards et des miroirs éteints ?
Destin de toute matière ne sont-elles pas aussi la preuve évidente d’une dynamique élémentaire, vivantes parcelles capables d’élan, de turbulence, de fougue ? Enfant, souvent je les vis jaillir en trombe des écailles d’une terre espérant la pluie. Tourbillon diabolique, aimanté à la fois par le ciel et par le (…)

Hôpital des poupées

28 novembre 2019

Hôpital des poupées

Photographies de Francis Saint-Jean.

Parcelles d'infini

1er mai 2019

Parcelles d’infini

L’auteure, poète, professeure d’enseignement artistique et concertiste, a participé à plusieurs festivals de poésie et collaboré à plusieurs anthologies poétiques ; elle a donné aussi de nombreux récitals de musique, en France et à l’étranger, et dirige également un ensemble instrumental. Guitariste classique et luthiste Renaissance, elle a réalisé des transcriptions d’œuvres qui enrichissent le répertoire instrumental, ensemble de guitares, duo, trio et quatuor. Dans son art poétique, la mélodie des mots - (…)

La Beauté Eurydice

1er mai 2019

La Beauté Eurydice

L’œuvre de Georges de Rivas aux accents prophétiques est inspirée par une vision orphique où le poème allié à la musique déploie au dessus du néant les ailes d’un lyrisme flamboyant. Ses dernières œuvres « Orphée au rivage d’Evros » et « La Beauté Eurydice « sont marquées par son attrait pour le mystère et l’invisible révélés en la lumière de l’âme. Dans le sillage des troubadours et du mythe revisité d’Orphée, cette poésie est traversée et visitation du jardin de l’Amour où est éclose la rose d’une nouvelle parole (…)

Lignes de crête

1er janvier 2019

Lignes de crête

Lignes de crête, fragments d’errance, livre nourri des rêveries, méditations et réflexions suscitées par la marche, s’articule en quatre parties successivement adressées à Walter Benjamin, Friedrich Hölderlin, Claude Cahun et Alejandra Pizarnik. Deux femmes, deux hommes. Quatre figures de penseur, artiste et poètes, dont le parcours de la pensée, la vie sans concessions et le destin tragique, dessinent des figures d’une intense humanité. C’est porteur de cet héritage irradiant ses forces obscures et (…)

Poème
de l’instant

Ludovic Janvier

Bientôt le soleil

« Je ne cherche pas l’essor, l’oubli, la grâce, je sais qu’ils me sont impossibles. Et d’ailleurs je ne le voudrais pas. L’ange me fait peur. Non, je cherche la présence et le poids, ou plus exactement la présence me cherche, le poids me trouve, le poids sur moi de la lumière comme un mur, la présence à plein regard de la mer qui fait masse ou du feuillage hanté par le ciel. De sorte que les jours de timidité, ou de trop fort vouloir, je reste pris dans la glu du moment, prisonnier du trop plein jusqu’à la nausée. Les jours de décision, j’allais dire de légèreté mais ne te vante pas, je vois sortir de moi une réponse, plus ou moins claire, plus ou moins simple, plus ou moins forte. Content ? Non, jamais content. Mais, quand même, content. »

Ludovic Janvier, Bientôt le soleil, Flohic Éditions, 1998.