Editions Bruno Doucey

On pourrait penser qu’une maison d’édition qui voit le jour n’a pas de mémoire, qu’elle n’est pas encore entrée dans l’Histoire. Ce n’est pas le cas pour les Éditions Bruno Doucey. À leur manière, ces dernières ont déjà une histoire parce qu’elles entretiennent une filiation avec une maison d’édition que j’ai longtemps dirigée, avant de devoir rendre les armes : les éditions Seghers, nées à la fin de la Seconde Guerre mondiale des valeurs de la Résistance et de la Libération. Leur récente mise en sommeil a renforcé ma détermination à créer une maison indépendante, libre de ses options et de sa politique éditoriale.

Une poésie vivante et généreuse, ouverte et offerte à tous, une poésie qui ouvre nos horizons et nous rend plus forts ensemble, voilà la poésie que cette nouvelle maison d’édition veut promouvoir.
Poète, éditeur de poètes, j’entends d’abord faire découvrir les richesses insoupçonnées des poésies du monde. Les premiers livres donnent le ton : les poètes que nous publions proviennent de tous les continents : de France bien sûr, mais aussi des États-Unis, d’Irak, du Canada, d’Haïti… Et nous préparons déjà, pour les années à venir, d’autres voyages autour du monde. À l’heure où la France fait valoir les prérogatives de son Identité nationale, nous tenons à rappeler que la langue française ne possède ni cadastre ni titre de propriété. Elle est un espace libéré des frontières où chaque être repousse les limites de l’horizon d’autrui.

Poésie de combat, en somme ? Oui, dès lors que nous apprenons à métisser nos héritages culturels et humains pour bâtir un nouvel art de vivre ensemble. Et puisque nous rééditerons dès l’automne les poèmes qu’il écrivit pendant la Résistance, laissons à Pierre Seghers le soin de conclure par ces mots :
« Si la poésie ne vous aide pas à vivre faites autre chose.
Je la tiens pour essentielle à l’homme,
autant que les battements de son cœur. »

Contact

Fontaine O Livres
85, rue de la Fontaine-au-Roi

75011

Paris

A table avec Marx de Matéi Visniec

1er mars 2013

A table avec Marx de Matéi Visniec

Le mot de l’éditeur : Soyez le bienvenu, Monsieur Visniec, et soyez sûr que je ne vous publierais pas si vous n’aviez rien à dire ! Ce livre, paru à Bucarest en 2011 sous le titre La masă cu Marx, marque votre retour à la poésie. Et ce retour est jubilatoire. À table avec Marx est composé de petites pièces poétiques qui s’apparentent à des saynètes. Drôle, douloureuse, absurde, fantastique, satirique, souvent théâtrale, toujours singulière, chacune d’elles nous rappelle que l’écrivain roumain, exilé en (…)

Sous le plafond des phrases

1er janvier 2013

Sous le plafond des phrases

"Pas de suicide
en Haïti
depuis longtemps
des drames
là-bas
pas de suicides
la vie
d’abord
avant la mort"

Dix-huit petites chansons de la patrie amère de Yannis Ristos

1er novembre 2012

Dix-huit petites chansons de la patrie amère de Yannis Ristos

Le cyclamen
"Petit oiseau couleur de rose, attaché par un fil
avec ses ailes enroulées volette dans le soleil,
Et si le regardes une fois, il te sourira
et si tu le regardes deux fois ou trois, tu te mettras à chanter."

Phares, balises & feux brefs suivi de Périples

1er novembre 2012

Phares, balises & feux brefs suivi de Périples

"La mort, seule immortelle,
je sais qu’un jour elle m’emportera.
Je m’insurge,
maudis,
maudis le fatal rendez-vous,
insulte l’ignoble bête noire,
mais ne perds de la vie
la moindre goutte de son miel."

Le bonheur du jour suivi de Cantate des nuits intérieures

1er novembre 2012

Le bonheur du jour suivi de Cantate des nuits intérieures

"Nous avons choisi de vivre
A coeur ouvert devant le jour
Je m’arme de ton regard
Et je salue le bonheur
Pour tous ceux qui n’en ont pas
Un mur nu c’est une image
Avec les éclats du soleil
Et les bourgeons au fond des chambres."

Le bel incendie

1er septembre 2012

Le bel incendie

Le mot de l’éditeur : Je partage avec Ernest Pépin le fait de vivre en poésie sur les pentes d’un volcan. Un volcan nommé désir, colère, chair d’esclave marquée au fer rouge, racines rougeoyant sous les brûlures de l’Histoire, souvenirs des dieux anciens, nature imprévisible. Pour Ernest Pépin, la poésie est l’art d’approcher les forces incandescentes et obscures du volcan. Dans Le bel incendie, le poète chante une femme : femme « d’embruns brûlés », femme « plus tendre que le coeur du déluge », femme (…)

Il y a un fleuve

1er septembre 2012

Il y a un fleuve

Le mot de l’éditeur : Il y a un an, la collection « Embrasures » naissait avec un texte de Jeanne Benameur, Notre nom est une île. Jeanne revenait au poème, longtemps après la parution de son premier recueil. Je suis heureux d’annoncer aujourd’hui la parution d’un nouveau recueil de Jeanne Benameur : Il y a un fleuve. Dans ce long poème aux accents narratifs, Jeanne poursuit sa quête. Un personnage unique traverse le recueil : l’homme. Son existence est une longue marche, un cheminement comparable à la (…)

Celle qui mangeait le riz froid de Moon Chung-hee

1er septembre 2012

Celle qui mangeait le riz froid de Moon Chung-hee

Traduit du coréen par Kim Hyun-ja
Le mot de l’éditeur : Qui est l’auteur de cet hommage rendu à toutes les mères du monde, celles qui remplacent humblement les dieux dans les foyers ? Elle se nomme Moon Chung-hee. Elle est l’une des figures majeures de la poésie coréenne contemporaine, mais n’avait encore jamais été publiée en France. Ses textes, rassemblés sous le titre Celle qui mangeait le riz froid, ont souvent pour point de départ une réalité prosaïque : un légume, une lessiveuse de linge sale, la (…)

Nos poings sous la table de Garous Abdolmalekian

1er septembre 2012

Nos poings sous la table de Garous Abdolmalekian

Édition bilingue traduit du persan par Farideh Rava
Le mot de l’éditeur : Il m’aura suffi d’entendre Garous Abdolmalekian lire ses poèmes en persan lors d’un festival de poésie pour avoir envie de le publier. De fait, ce jeune poète iranien, né à Téhéran en 1980, est l’une des voix les plus talentueuses de sa génération. Nos poings sous la table rassemble, en bilingue, des textes issus de ses trois principaux recueils, jusqu’alors inédits en français. La vitalité des images, leur singularité quasi (…)

Voix vives 2012

1er juillet 2012

Voix vives 2012

Cette anthologie, conçue dans les semaines qui précèdent la troisième édition du festival Voix Vives de méditerranée en méditerranée, comporte un texte inédit de tous les poètes invités à Sète à la fin du mois de juillet 2012. Les quatre Méditerranée qui nous sont familières y sont présentes – celles des pays latins, d’Afrique du Nord, des Balkans, d’Orient – et une cinquième, celle dont l’Histoire a « exporté » la culture dans le monde, outre-Atlantique ou en Afrique. Cent quinze poètes vivants, venus de tous les (…)

Poème
de l’instant

Emmanuel Moses

Il était une demi-fois

Donnez-moi un mot
J’en ferai deux, j’en ferai trois
Et puis cent, et puis mille
Et quand je ne pourrai plus compter
Je repartirai en arrière
Jusqu’au tout premier
Qui sera le dernier.

Il était une demi-fois, Emmanuel Moses, illustré par Maurice Miette, Éditions Lanskine, 2019, p.32.