Editions Sauvages

Contact

Tir ar VroPlace des droits de l’Homme

29270

Carhaix

Mordre le monde

1er juin 2012

Mordre le monde

La rumeur étrange du réel
Laisser le temps s’installer
dans la rumeur
étrange du réel.
Regarder flotter l’histoire
dans l’air.
Assis sur un banc
file mon oisiveté
la plus arrogante
jusqu’à l’épuisement du jour…."

Les ronces bleues

1er juin 2012

Les ronces bleues

"Border de mon souffle
glaïeuls et colzas,
agrafer leurs lumières
à mon cahier mental
dédicacé
au ciel…."

L'attente du chat

1er mai 2012

L’attente du chat

Illustrations de Laëtitia-May Le Guélaff
"C’est l’heure du chat
il accourt
à mon silence
il attend ce que j’attends
de l’inépuisable obscurité."

<i>L'Écho des Feuilles suivi de Forêt d'Écorce Sonore</i>

1er mai 2011

L’Écho des Feuilles suivi de Forêt d’Écorce Sonore

Il s’agit ici du flux et reflux de deux paroles de contours arpentés en toutes saisons, d’un réel fragmenté saisi dans le grondement des forces nues de l’Atlantique.

Correspondances

1er mars 2011

Correspondances

Une mystérieuse synergie entre les deux poètes est ici à l’œuvre et joint leurs accords complices, dans une fièvre à deux, fructueuse et nécessaire.

Correspondance Guy Allix et Marie-Josée Christien

1er février 2011

Correspondance Guy Allix et Marie-Josée Christien

"Il faudrait lire Mouvance mes mots comme les croyants font de leurs textes sacrés : à petites étapes, par bribes et morceaux, dans les temps creux comme dans les temps forts, pour y apprendre selon les heures la dérision de l’existence ou son exaltation. Guy Allix, dont on commence à savoir qu’il est un de nos meilleurs poètes, a porté là son écriture à un rare degré d’incandescence. Ses mots nous brûlent, terrible et bienfaisant embrasement puisqu’il détruit le cal des vaines quiétudes et cautérise la (…)

<i>Fragments d'une Poétique des Contours</i>

1er octobre 2010

Fragments d’une Poétique des Contours

Dans cet essai poétique, Bruno Geneste arpente les contours, les frontières et les rivages aux confins de la lumière atlantique entre terre et océan. Il met ses pas dans les textes qui fondent et habitent son itinéraire. Au gré de la marche et de la mémoire, paysages et réminiscences littéraires et artistiques cheminent en symbiose et tracent un itinéraire singulier.
Marie Josée Christien

Le carnet des métamorphoses

1er juillet 2009

Le carnet des métamorphoses

"Le vertige suffocant
du mystère de la vie
bat dans mes veines
Mon corps entier
n’est qu’attente"

Les extraits du temps

1er avril 2009

Les extraits du temps

Préface de Guy Allix
"Quand vers le fond du ciel
la nuit froide décline
quand les nuages bas crèvent
sans discipline
le ciel se boursoufle
et c’est la brûlure de l’univers
qui tombe
Les mouvements sont pris dans le froid
de la nuit
Ils cassent sous la gelée
comme les bords d’un verre"

Poème
de l’instant

Stéphane Crémer

La Terre

Au sortir d’un rêve à Brasilia j’ai empoigné
la terre, déjà si âcre à mes mains
que leurs paumes m’ont paru des papilles
d’où montait un goût avec son parfum.

Quelqu’un est mort bien loin ce matin
et j’ai pensé, en me baissant jusque là
pour l’emporter à mon tour, que je saurais
l’y ensevelir à ma manière en secret.

Ainsi – car n’allons pas priver la poésie
de sa logique : ni car ni ainsi ne sont proscrits
du poème, ni aucuns mots, pourvu qu’ils s’unissent
en pensée par-delà les marges noires du faire-part ! – ,

ainsi je garde près de moi, dans des flacons
comme une épice sur l’étagère de ma cuisine,
ce pigment rouge du Brésil dont je sais qu’un jour,
empesé à l’amidon de mon choix, un beau jour

nous partagerons la délicieuse peinture mitonnée
qui montrera, aussi bien qu’une Joconde enfin
pour de bon éclipsée de son cadre, ce qu’il reste
de cette disparition : un paysage, et son horizon !

Stéphane Crémer, compost, Éditions isabelle sauvage, 2013.