Editions du relief

Contact

6 rue Foucault

75116

Paris

Place de la Sorbonne n°4

1er mai 2014

Place de la Sorbonne n°4

Sommaire
Invité :
Jean-Michel Maulpoix
Entretien
Guy Goffette
Poésie contemporaine
Yves Boudier
Mathieu Brosseau
Max de Carvalho
Pierre Causse
Nathalie de Biasi
Typhaine Garnier
Albane Gellé
Jean-Yves Masson
Jean-Michel Maulpoix
Alena Meas
Rosanna Puyol
Langues du monde
Marine Grigoropoulou
Ferreira Gullar
Federico Pietrobelli
Tereza Riedlbauchova
Ales Steger
Yoko Tawada
Olga Votsi
Ren Yashiô
Contrepoints
Christiane Herth, Andrès Montalcan Cuellar
One à la douzaine (…)

Place de la Sorbonne N°3

1er avril 2013

Place de la Sorbonne N°3

Editorial : Laurent Fourcault
L’invité : Jean-Pierre Siméon
L’entretien : Eva Almassy et Laurent Fourcault et Dominique Fourcade
Nombreuses contributions de poésie contemporaine de langue française
de poésie étrangère
Points de vue critiques, compte-rendus…

Place de la Sorbonne n°2

1er avril 2012

Place de la Sorbonne n°2

Revue internationale de poésie de Paris Sorbonne
Au sommaire :
Michel Collot
Gerard Berthomieu
Lionel Ray
Marie-Claire Bancquart
Clement Charnier
Laurent Colomb
Guillaume Decourt
Bertrand Degott
Charles Dobzynski
Marc Durain
Frederick Houdaer
Jean-Pierre Lemaire
Emmanuel Merle
Jacques Moulin
Andre Orphal
Stephane Padovani
Lionel Ray
Thierry Renard
Pascal Riou
Guillaume Siaudeau
Jacques Sicard
Jean-Pierre Verheggen
Allain Leprest
Erich Fried
Diane Glancy
Rachel (…)

Poème
de l’instant

Matthieu Messagier

post-verbum aux demains sans tutelles

la plupart des manèges et la nuit a tardé
dessus les restes hasards de sueurs nouvelles nées
et dès que les rôles emportent les légendes
là où les sons obtiennent le fard à déprendre
sur les voiles de larmes encore rugueuses
que le parage a abandonné derrière lui
des papillons de nuit aux teintes obscurantes
pour ce que leur vie arrête en ce royaume
soudain allument de biais sans que l’os y consente
les us inespérés de mondes en dense et séculiers
et les dés à découdre du moins résolvent les passés
et au chas des jeux de pôles se faufilent d’autres étés
si l’écho des odes après-voir offre la merveille
même surgie d’ailleurs où l’âme se porte sans appareil

inédit pour le Printemps des Poètes