Éléments de sabotage passif

Auteur : Cédric Demangeot

Éléments de sabotage passif

Éléments de sabotage passif est divisé en deux parties « Du mésaccord » : moments de prose auto-fictive « & d’un malentendu » : poèmes sous traits aphoristiques. Surplombant leur différence d’écriture ce qui frappe immédiatement est la proximité des deux intertitres, et la surenchère par coordination des deux préfixes (mésaccord & malentendu) qui donnera une idée du « sabotage passif » dont il est ici question : oeuvre du négatif, à l’opposé de toute parole prétendument irénique.

Dans La Comédie intime Bernard Noël a offert la démonstration impeccable que tous les pronoms personnels disponibles en français peuvent devenir des « embrayeurs » de récit ; où la recherche et la découverte d’une position d’énonciation rejoint la possibilité de consistance du livre.

Éléments de sabotage passif de Cédric Demangeot appartient à cette même catégorie de texte. « Du mésaccord » trouve singulièrement sa consistance dans la construction d’un alter-ego fuyant sous l’aspect du pronom personnel « il » reformulé aussitôt en « cela ». Dans ce glissement du personnel à l’impersonnel, mais également de la position de sujet à la position d’objet, de l’objet direct à l’objet indirect (voie négative), se démontre également que le paradoxe est un effet de langage qui ouvre sur un silence d’abysses.

« Je ne voudrais pas me faire passer pour quelqu’un qui raisonne clairement. » (Czeslaw Milosz)

François Bordes a écrit un très bel hommage à Cédric Demangeot, qui nous a quittés en janvier dernier à l’âge de 46 ans. https://www.occitanielivre.fr/actualites/hommage-cedric-demangeot

Ne me parlez plus
vous m’avez trop trahi.

Nous nous sommes trop trahis
je ne vous parle plus.

Paru le 15 mars 2021

Éditeur : Éric Pesty

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Ana Istarú

Saison de fièvre

Yo soy el día.
Mi pecho izquierdo la aurora.
Mi otro pecho es el ocaso.

Je suis le jour.
Mon sein gauche l’aurore.
Le droit, le crépuscule.

Anna Istarú, Saison de fièvre, Traduit de l’espagnol (Costa Rica) par Gérard de Cortanze, La Différence, Éditions Unesco, 1997.