Elle, séparée

Catherine Leblanc

Cette femme a vécu
Je vois mieux son visage
qui ne regarde pas que moi
mais tant d’autres et l’ombre

Je connais seulement maintenant
alors qu’elle s’achève
sa trajectoire sur cette terre
sa courbe scintillante
son tremblement

Je ne savais donc rien d’elle
à quel point elle était séparée
profonde

Je croyais que je l’aimais
ou la détestais
mais c’était sans importance
Elle s’inscrivait
dans chaque atome

Elle passait
librement
ses mains comme des feuilles

Elle laissait des images
sur un chemin, à une table, devant le feu
son corps changeant à travers les âges
Elle lançait des paroles

Les instants étaient les pièces d’un puzzle
Maintenant se révèle toute sa présence
l’existence d’un nom secret
que personne ne peut prononcer

Son nom de vivante
je le porte en moi comme jamais

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.