Emmanuel Merle

Vit à Grenoble où il est enseignant

Extrait

« La danse du temps »

La route coule comme une rivière au centre du plateau
Et les montagnes autour dansent un lent pow-pow.
Un roc énorme s’est abattu comme un poing sur la table.
Fendu, il se partage peu à peu
Et la route écarte ses deux moitiés.
C »est se faufiler dans l’entrebâillement d’une porte
Qu’aucun mur ne soutient, de sorte qu’on ne sait pas
Si l’on entre ou si l’on sort.

Le dernier regard qui compte, le dernier baiser,
Le dernier chien avant la solitude, et la dernière danse.
Celle de l’orignal qui traverse le canyon devant toi,
Celle de l’herbe que tu foules pour dépeigner la terre,
celle des rochers qui font un pas tous les millénaires,
Celle de la lune, une pièce dans la machine à sous céleste.

Tu es de l’autre côté et tu laisses
La porte ouverte et les souvenirs qui meurent.
Epaule contre épaule, les montagnes te regardent danser.

Extraits de « Amère Indienne »
(Prix Kowalski de la ville de Lyon / Prix Théophile Gautier de l’A.F.)

Bibliographie

Poésie

  • Dernières paroles de Perceval, éd. L’Escampette, 2015
  • Olan, éditions Gros Textes, oct.2014
  • Le Chien de Goya, éditions Encre et lumière, nov. 2014
  • Schiste, Alidades, 2013
  • La chance d’un autre jour - conversation poétique avec Thierry Renard -
  • , La Passe du vent, 2013
  • Le musée clandestin , Pré Carré, 2013
  • Ici en exil, L’Escampette, 2012
  • Chien-Brun, lettre à Jim Harrison, éditions Le Pré Carré, 2012
  • Ecarlates, aux éditions Sang d’Encre, 2011.
  • Boston, New york, Cape Cod, Pré Carré, 2010
  • Pierres de folie, La Passe du vent, 2010
  • Un Homme à la mer, Gallimard, 2007
  • Amère Indienne, Gallimard, 2006
  • Ce qui parle, Le Verbe et l’empreinte, avec une gravure de Marc Pessin

    Nouvelles

  • Redwood , Gallimard