En attendant la fin du moi de Laurent Fourcaut

En attendant la fin du moi de Laurent Fourcaut

"Sonnets. C’est un livre de sonnets. Dans une forme qui n’a de classique que le moule, hérité d’une tradition toujours vivante - la preuve -, l’auteur, hanté par la grande Moule cosmique, livre une manière de chronique au jour le jour, pleine de dérision et d’amers sarcasmes, de ce monde martyrisé et sans perspectives, mais non sans aspirations désespérées, qui est le nôtre en cette première décennie du siècle.
Réactivant une autre tradition, celle du poème adressé, il dialogue avec l’ami Pierre - Pierre Garrigues, de Tunis, fin sonnettiste -, avec qui il échange presque quotidiennement ces sonnets par e-mail. Poèmes sans tabou aucun, ils disent l’émerveillement à répétition devant les femmes croisées dans les bars du quartiers (Paris, 20ième) ou partout ailleurs, et le désespoir de les saisir jamais. Car le poème est un ghetto où le désir forge son propre miroir aux alouettes, même s’il finit par bâtir aussi un monde, tout un petit monde bas, insurgé et mélancolique sous ce qui reste d’étoiles, où se réfracte quelque chose du réel aimé."

Paru le 1er septembre 2010

Éditeur : Bérenice

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

terrains vagues

Tu cueilles pour moi
des mûres poussiéreuses
au goût de septembre
et pendant qu’entre mes dents
je tente d’écraser les petites graines
je me dis que grandir
c’est à chaque fois quitter l’été.

Géraldine Hérédia, terrains vagues, Le port a jauni, 2021.