Encres vives

Editions de poésie

Poésie contemporaine

Collection Encres blanches
Propose une sélection de rééditions ou d’inédits d’Encres Vives (proses et poèmes)

Collection Lieu
Propose des poèmes liant un poète à l’un de ses lieux : voyage, rêverie, méditation, quotidien, biographie, reportage.

Revue de poésie

Type de livres
Plaquettes

Année de création : 1960

Nombre de parutions par an : 40

Tirage moyen : 150 ex

Accepte de recevoir des manuscrits

Editeur : Miichel Cosem
05 62 74 07 87

Contact

2, allée des Allobroges

31770

Colomiers

La barque du soleil sinue entre nos lèvres

1er janvier 2008

La barque du soleil sinue entre nos lèvres

"Nous ne survivrons pas
à l’étreinte tout là-haut de la roche et de l’air,
fût-il voluptueux, fussent-ils épris de feu."

Le grenier à sel

1er janvier 2008

Le grenier à sel

Où vont les hirondelles la nuit ?

1er août 2007

Où vont les hirondelles la nuit ?

"Et la nuit,
où vont-elles,
les vives hirondelles ?
demande Evy à sa chère Anne,
en suivant de son doigt
les cercles qu’elles tracent,-
élargissant leurs cris
au-dessus de nos toits
dans le ciel rose et brumeux de Paris.
Mon Evy siffle-t-elle aujourd’hui dans le noir,
dès que les belles hirondelles
dansent au ciel avec le soir ?"

Toi ou les mots infinis de Patrick Lannes

1er mars 2007

Toi ou les mots infinis de Patrick Lannes

Collection Encres blanches
"Je n’ai pas bien su étudier le grand voyage
De son visage infini
Et la géographie limpide de sa peau
Est demeurée mystères de grottes inexplorées
Et de profondeurs insondables
a mon premier regard d’homme émerveillé"

Côté jardin

1er décembre 2006

Côté jardin

tu surveilles l’éclosion des tulipes d’amsterdam
dans la plate-bande à l’entrée de la maison leur
accordant une attention toute particulière par
rapport à leurs semblables indigènes car elles
viennent d’amsterdam et non d’ici ces grandes
fleurs solitaires que tu épies ces abats-jour de
jardin que l’on t’a rapporté de là-bas l’année
dernière pour que tu aies à l’oeil aujourd’hui
ces belles fleurs renflées suggérant la (…)

Poème
de l’instant

James Noël

Brexit

Aux yeux des étoiles, les murs et les gratte-
ciels sont des géants aux pieds d’argile Les
étoiles, ça roule des reins et cille des yeux
dans leur migration hautement lucide Pour
elles, le monde est plat et sans hauteur dans
son asphalte, donc ils ne constituent pas une
preuve solide, indéboulonnable dans l’univers

James Noël, Brexit, suivi de La Migration des murs, Éditions Au diable vauvert / 2020.