Environs du bouc

Auteur : Sophie Loizeau

Environs du bouc

"Une main invisible précède le regard du lecteur
et lui donne l’impression de modeler la matière
du vers. C’est déjà fait, et bien fait, mais la formation
reste désirante et par des suspens, des syncopes,
des brusqueries, des précipitations, elle est maintenue
en révolte contre elle-même.
Les mots ne sont pas plantés dans la poésie :
ils remuent, tressautent, veulent un peu plus d’amour
ou d’attention. Les voilà qui dressent des organes
inattendus, projettent des figures inconvenantes,
cherchent l’accouplement avec l’œil qui les touche.
Il faut que lire comme écrire soient une tâche
organique".

Bernard Noël.

Paru le 1er février 2005

Éditeur : L’Act Mem

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.